AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour ! Bienvenue sur On my way

Le forum a ré-ouvert ses portes le 13/05/14
Rejoins notre grande famille, nous attendons plus que toi :D
Nous n'attendons que toi !
OMW à besoin d'un petit vote tous les 2 heures


Partagez | .
 

 (+) the memory is the invisible presence. (june)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Ven 16 Mai - 12:27
june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Cillian n’aurait jamais pensé pouvoir un jour habiter à New-York. Il faut bien avouer qu’hormis Westerville et Lima, il ne connaissait rien d’autre. Le jeune homme avait mis du temps à s’adapter dans cet environnement, il changeait d’une petite ville à une ville immense. De quoi perdre tous ces repères et pourtant Cillian avait finalement réussi à s’y faire. Niveau études, c’était autre chose. Il était étudiant à Juillard en option musique. Il avait toujours aimé ce domaine et ici, il pouvait faire ce qu’il souhaitait sans se faire bousculer ou bien recevoir un soda glacé dans le visage. C’était déjà un bon point puis il savait que sa mère aurait aimé qu’il étudie ici. Du moins, il se le persuadait. C’était elle qui lui avait transmis sa passion pour la musique et lui avait appris à jouer de la guitare. Il avait l’impression d’être connecté à elle quand il en jouait. Mais le fait qu’il était quelqu’un de solitaire ne l’aidait pas vraiment à s’intégrer mais tant pis. Puis c’était juste des journées de cours, il n’avait pas besoin d’autre chose que sa musique afin ça, c’était ce qui se persuadait.

Il se rattrapait le soir, comme aujourd’hui d’ailleurs. Il avait terminé ses cours et venait tout juste de rentrer chez lui. C’était devenu une habitude chez lui le week-end, se rendre en boite de nuit et pas n’importe laquelle, le Studio 54. Cillian l’avait découvert pendant l’une de ses escapades nocturnes à son arrivée et depuis il s’y rendait assez souvent. La musique était plutôt pas mal et l’alcool encore plus. Non Cillian n’était pas un alcoolique, il profitait juste de sa jeunesse pendant qu’il pouvait encore le faire. Se regardant dans le miroir, il était assez fier de lui, il était habillé simplement en jeans, un t-shirt noir ainsi que sa fameuse veste en cuir. Il l’avait acheté à Lima et depuis ce jour là, il ne la quittait plus. Le jeune homme se passa une main dans les cheveux avant de sortir en direction de la boite de nuit. Il grimpa en vitesse dans un fameux taxi jaune. Il avait un peu la flemme de marcher, fainéant lui ? Oui sûrement. Une fois arrivé, il entra et se dirigea vers le bar afin de commander un cocktail.
 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 


† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Dim 18 Mai - 14:45

   

   
   

   
Cillian & June
The memory is the invisible presence.
   

   

   June se trouvait à New-York depuis quelques temps pour ses études. Elle avait hésité, durant un moment, à aller à Los Angeles. Mais elle aurait tout le temps d’y aller plus tard dans le cadre de sa future carrière. Parce que ça y est ! Elle avait eu raison de ses parents. Après leur avoir tenu tête pendant de longues et longues semaines, elle avait enfin intégré l’Actors Studio. Certes, ils avaient été très déçu qu’elle ne suive pas la route qu’ils lui avaient parfaitement tracé afin qu’elle devienne une avocate aussi brillante que sa mère ou un médecin renommé. Mais ce n’était pas ce qu’elle voulait. Elle désirait plus que tout devenir actrice et peut-être que si elle excellait dans cet art, elle pourrait porter toutes ces magnifiques tenues de créateurs comme le font les stars. Cependant, elle était encore loin d’être à ce stade, il fallait qu’elle redescende sur terre et qu’elle travaille dur, qu’elle donne le meilleur d’elle-même pour montrer qu’elle avait les capacités et les épaules suffisantes pour assumer les pressions du métier. Elle espérait aussi que de cette manière, ses parents seraient très fiers d’elle un jour… mais ça aussi on en était loin.

Néanmoins, changement de ville et d’école, ne rimait pas avec changement d’habitudes. June avait toujours aimé sortir le soir, en boîte, dans des bars, en ville,… et cela n’avait pas du tout changé. Elle s’était renseignée, dès son arrivée, sur les endroits les plus branchés et les plus cool de la ville. Après une journée de cours bien remplie, elle était rentrée chez elle. Elle avait grignoté quelques bonnes choses qui se trouvaient dans le réfrigérateur avant d’aller prendre une bonne douche. Le week-end se profilait et il fallait se préparer pour sortir. Elle avait bien envie de se rendre au Studio 54 ce soir, mais qu’allait-elle bien pouvoir porter ? Après un long moment d’hésitation devant sa penderie, elle opta pour la traditionnelle petite robe noire passe partout et les talons haut. Elle sécha grossièrement ses cheveux, les laissant retomber sur ses épaules. Un peu de liner et de mascara et elle était enfin prête. Une fois dehors, elle appela un taxi pour la mener jusque là. Lorsqu’elle entra à l’intérieur, elle se dirigea directement vers le bar où elle avait commandé un mojito à la fraise. Elle plaisanta un peu avec le serveur avant de prendre son verre pour aller un peu plus loin, quand elle aperçut Cillian. « C’est pas vrai… ». Elle détourna la tête en espérant qu’il ne l’ait pas remarqué… mais le serveur se mit à l’interpeller. « Hey June, tu as oublié ta monnaie… ». Elle sourit calmement en lui disant de la garder et alors qu'elle s'était retournée, elle se cogna malencontreusement à Cillian. « Dés… désolée… ». Décidément, c'était pas de chance.


   
   
made by pandora.

   
   


    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Lun 19 Mai - 11:12
june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Cillian n’aurait jamais pensé venir à New-York, à l’époque du lycée, il pensait plus à quitter le territoire américain. Il voulait voir le monde entier mais cela avait changé, sa passion pour la musique avait pris le dessus sur celle de la découverte des autres cultures. Mais Cillian ne désespérait pas, il aurait bien l’occasion de réaliser son rêve après ses études. Il savait qu’être musicien n’était pas une situation stable ni qui payait très bien mais il s’en fichait. Du moment qu’il faisait ce qu’il aimait, c’était tout ce qui comptait pour lui. Au pire, il pourrait toujours devenir professeur de musique. A cette pensée, un sourire amusé apparut sur ses lèvres alors qu’il était toujours en route pour la boîte de nuit. Cillian Snow, professeur, non ça n’allait pas du tout. Il plaignait vraiment les pauvres étudiants si jamais il n’avait que cette possibilité d’avenir. Le jeune homme se passa la main dans les cheveux alors qu’il entrait dans la boite de nuit. Ce club était assez connu des New-Yorkais et Cillian s’y rendait régulièrement. Rien qu’en rentrant, la musique lui brisa quelques secondes les oreilles. C’est certain qu’il y avait une sacré différence entre les boîtes de nuit de Lima et celle de New-York et sans aucun doute, il préférait celle-ci. Même si au début, il avait du présenter une carte d’identité ce que jamais Lima lui avait demandé.

Mais après tout à Lima, on n’était pas trop regardant sur l’âge des consommateurs. Arrivé une fois au bar, il se mordilla la lèvre en attendant que le serveur veuille bien s’occuper de sa commande au lieu de draguer, il ne savait qui. Il leva les yeux au ciel avec impatiente tapant en rythme sur le comptoir. Il avait toujours été quelqu’un de pressé mais dans cette ville, il le devenait encore plus. C’était un peu affolant de se dire qu’il commençait à prendre les tics des gens de la grande ville. Un serveur arriva enfin et Cillian commanda une tequila sunrise originale. Mais alors qu’il se tournait pour se diriger vers un autre endroit où il pourrait voir la piste de danse, quelqu’un le bouscula. C’était ce qu’il y avait de plus contraignant dans ce genre d’endroit, on se pousse et on s’excuse. « Pas grave. » dit-il avant de se tourner face à la personne qui l’avait bousculé. Sauf qu’il ne s’attendait pas vraiment à ce que cela soit elle. Son léger sourire disparut quelques instants et il fronça les sourcils. Décidément, ils étaient fais pour se rencontrer dans ce genre d’endroit ou quoi ? Cillian resta quelques secondes à la regarder puis il laissa afficher un petit sourire en coin. « Si je m’attendais à te croiser ici.. » Pour être franc, il ne s’attendait pas à la croiser du tout. Il garda son petit sourire un brin moqueur avant de boire une gorgée de son verre.

 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 


† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mar 20 Mai - 19:58





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


June s’était donné beaucoup de mal pour accéder à son rêve, d’aller étudier à l’Actors Studio. Elle avait annoncé la nouvelle à ses parents seulement une semaine avant de débarquer à New-York City. Elle avait déjà choisi son appartement et avait fait croire jusqu’au bout qu’elle irait à Columbia. Mais après avoir passé ces auditions et avoir lu cette lettre d’admission à l’Actors Studio, elle s’était rendue compte qu’elle ne pouvait pas laisser passer cette chance. Elle comptait bien prouver à ses parents qu’ils avaient tort de ne pas croire en elle et ses talents d’actrice.

Lorsqu’elle était entrée dans la boîte de nuit, un grand sourire s’était dessiné sur ses lèvres. Ce genre d’endroit était littéralement fait pour elle. Les boîtes de New-York étaient comme les boîtes de Lima en mille fois mieux. Et puis les New-Yorkais étaient franchement pas mal… quand elle en voyait certains, elle se disait qu’elle aimerait beaucoup en faire son petit quatre-heures. Perchée sur ses talons, elle s’était facilement glissée entre les différentes personnes présentes afin d’atteindre le bar. Si elle voulait faire la fête, il fallait faire les choses bien. Par conséquent, un petit cocktail s’imposait, et elle avait opté pour une boisson typiquement féminine : Le mojito à la fraise. Elle se prêta tout d’abord à une petite discussion avec le barman, avant que celui-ci ne parte servir des clients un peu impatients. Elle prit alors son verre, guettant les environs à la recherche de sa future proie lorsque le serveur la rappela. Elle se tourna et bouscula malencontreusement Cillian… qu’elle avait gentiment voulu éviter. Décidément, elle n’était pas faite pour avoir de la chance. Elle aurait largement préféré bousculer un beau jeune homme sur la piste de danse. Elle aurait finit en collé-serré avec lui sur la piste et peut-être même chez elle. En attendant, elle s’était excusée auprès de Cillian, même si elle avait un peu hésité à le faire, ça s’était entendu au son de sa voix. Elle se retrouva face à lui sans pouvoir faire quoi que ce soit. Jamais elle ne se serait attendue à le voir ici à New-York. Depuis leur petit règlement de compte dans les toilettes du lycée, elle ne lui avait plus adressé la parole. Ce qui avait été bien dommage après la première soirée qu’ils avaient passée ensemble. Elle remarqua qu’il avait un instant, perdu son sourire face à elle. Elle se mordilla discrètement la lèvre, un peu embêtée avant de le regarder. Il avait rapidement retrouvé ce petit sourire un peu moqueur. « En effet,… je ne m’attendais pas à te croiser ici… qu’est-ce que tu fais à New-York ? » Elle soupira un instant. « Pitié, arrête tout de suite d’afficher ce sourire moqueur, je ne supporte pas ça ! ». Elle l’observait, tout en buvant une gorgée de son mojito.





made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mer 21 Mai - 20:04

june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
La vie à New-York n’était pas vraiment comme il l’avait imaginé, il s’était toujours dit qu’il détesterait vivre dans une grande ville et pourtant il s’y était habitué. Bien entendu, au début, il avait été impressionné par l’immensité de cette ville. Cillian n’avait jamais eu l’occasion de voyager avec sa famille d’adoption et il le comprenait. Après tout, il ne comptait plus le nombre d’enfants que la famille Swark avait adopté ou seulement accueilli pour quelques temps. Bien qu’il ne l’avouerait jamais, même sous la torture, il s’était attaché à eux. Il n’oubliait certes pas sa vraie mère mais il les considérait tout de même comme sa famille. Sa deuxième famille. Sans qu’il s’en rende compte, il s’était attaché à eux malgré les nombreuses disputes qui éclataient. Il faut dire que Cillian ne les avait pas aidés non plus. Il ne comptait plus le nombre de punitions qu’il avait eu sous prétexte qu’il était sorti la nuit sans demander la permission. Mais heureusement pour lui, ils ne prévenaient jamais l’assistance sociale, Cillian la connaissait depuis ses onze ans et encore aujourd’hui elle le suivait. Il avait beau avoir la majorité, elle pensait toujours qu’il était irresponsable. Elle ignorait sûrement ses activités nocturnes et Cillian ne comptait pas non plus lui raconter qu’il passait ses soirées à danser, à boire et plus si affinités. Quoi qu’il rêverait de voir sa tête s’il lui annonçait ça.

Cependant, il ne s’attendait pas à du tout à croiser June ici. Du moins à New-York parce qu’en boite de nuit, ce n’était guère une surprise. Après tout, il se trouvait à New-York depuis quelques temps et ils ne s’étaient pas revus depuis un moment. Il croisa les bras en la regardant et son sourire s’agrandit légèrement à sa question. « Ma réponse t’intéresse ou c’est juste par simple courtoisie ? Mais sinon j’étudie ici, je suis étudiant à Juillard et toi ? » dit-il en secouant simplement les épaules. Il se sentait fier de son choix mais c’était plus un choix personnel plutôt qu’autre chose. En l’écoutant, il se mit à rire. « Et pourquoi je t’écouterais ? J’aime bien ce sourire et si en plus il t’énerve alors compte sur moi, je vais le garder. » Cillian laissa apparaître de nouveau son petit sourire moqueur, elle n’aurait pas du lui dire ça sachant comment il était. Si ça l’agaçait alors il se ferait une joie de le faire. C’était toujours drôle de la voir s’énerver contre lui, d’ailleurs la dernière fois qu’ils s’étaient vus, c’était exactement la même chose. Il avait pris un malin plaisir à l’agacer et tout ça à cause de leur différence de statut. Comme quoi le lycée changeait les gens, il ne pensait pas avoir affaire à une cheerleader à l’époque et il avait bien été surpris de la voir en tenue rouge, dans les couloirs de son propre lycée.    

 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Dim 25 Mai - 20:17





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


La jolie June avait toujours su au fond d’elle qu’elle quitterait Lima pour vivre dans une grande ville pleine de vie. Et New-York était une ville parfaite pour cela. Elle n’y resterait probablement pas toute sa vie. Elle aimait par-dessus tout découvrir de nouveaux horizons, et elle serait prête à parier qu’elle ne pourrait pas rester en place ici toute une vie. Elle avait eu la chance de pouvoir voyager très souvent avec ses parents. Venant d’une famille aisée, elle avait déjà visité des petits coins charmants en Europe et dans le reste des Etats-Unis. Elle était très chanceuse et elle le savait parfaitement. Contre toute attente, ce n’était pas du tout le genre de choses qu’elle allait vanter auprès de ses amis. Elle voulait rester simple et garder les pieds sur terre. Elle ne voulait pas devenir comme ses parents et c’est sans doute pour cela que ses soirées étaient fréquentes et rimaient avec alcool, dancefloor et beaux garçons.

Lorsqu’elle s’était retrouvée face à Cillian, elle avait été très surprise. Elle ne l’avait plus revu depuis leur dernière discussion un peu houleuse, dans les toilettes du lycée McKinley à Lima. Cela lui faisait très bizarre de le voir là devant elle… qui plus est, à New-York. Elle se demandait ce qu’il faisait ici, ce qu’il devenait. Elle tenait bien son verre entre ses mains et leva instinctivement les yeux au ciel avant de le regarder en souriant. « Ca m’intéresse, sinon je ne t’aurais pas posé la question… tu sais que lorsque ça m’ennuie, je ne m’éternise pas bien longtemps. Tu étudies à Juilliard ? Dans quelle option ? J’étudie ici, moi aussi. J’ai intégré l’Actors Studio comme je le souhaitais. » dit-elle avant de boire un peu de son verre et de le regarder à nouveau. Elle soupira et lui lança un regard qui voulait dire « Tu comptes recommencer ? » avant de lui répondre. « Parce qu’on est plus au lycée ici et que donc, tu n’as plus besoin de m’en faire voir de toutes les couleurs. Je remarque que tu es toujours aussi détestable quand tu t’y mets. ». Il méritait vraiment des claques parfois celui-là. Néanmoins, elle tentait de conserver son calme en détournant un peu la conversation. « Je vois que tu n’as pas perdu tes bonnes habitudes, toujours à la recherche d’une fille à piéger dans tes filets ? ». Elle attendait avec impatience sa réponse, se préparant également à une contre-attaque de sa part.






made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mer 28 Mai - 12:16

june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Le jeune homme savait qu’il n’allait pas rester toute sa vie à New-York, qu’il allait partir pour voir d’autres horizons. Il n’était qu’ici que pour réaliser le rêve de sa mère bien qu’à force, c’était devenu un peu le sien. Il adorait jouer de la guitare et il plaignait les voisins qui devaient l’entendre nuits et jours. Quoi que non, il le faisait un peu exprès sachant que sa voisine était une petite vieille assez embêtante. Elle avait le don de le regarder comme si elle se retenait de lui donner un coup de cannes à chaque fois qu’elle le croiser. Et pourtant, Cillian ne lui avait rien fait, pour une fois. Décidément, il attirait les ennuis encore ici, et aujourd’hui en était encore la preuve. Le jeune homme ne s’attendait pas du tout à croiser la jeune brune ici. Il savait qu’elle avait obtenu son diplôme lors de leur dernière année au lycée mais c’est tout. Puis, comme si il allait se renseigner sur elle, loin de lui cette idée. Ils avaient mis les choses au clair lors de leur dispute aux toilettes et chacun avait suivi son chemin. « On ne sait jamais, tu pouvais avoir changé depuis la dernière fois qu’on s’est vu. C’est une surprise pour toi que j’étudie là-bas ? Sinon option musique. » dit-il en secouant les épaules. La musique faisait partie de sa vie depuis son enfance et elle ne l’avait jamais quitté.

Celle-ci avait été plus qu’apaisante pour lui lorsque sa mère avait disparu. Il lui avait fallu du temps pour qu’il puisse rejouer de la guitare mais au moins, cela lui avait permis de tester d’autres instruments. « Oh bravo ! Donc je dois m’attendre un jour à te voir sur les écrans ? » C’était plus fort que lui, il ne pouvait s’empêcher de sourire, mais pas le genre de sourire aimable qu’on faisait habituellement aux gens. Non celui qui avait le don d’agacer les autres parce qu’il était un brin moqueur. Mais après tout, c’était dans sa nature d’agir de cette façon, un moyen de se protéger des autres. « C’est dommage, j’adore t’en faire voir de toutes les couleurs, ça m’amusait vraiment. Tu as rendu ma fin d’année inoubliable. » Son sourire s’agrandit légèrement à ses mots. « Et encore une fois, tu me brises le cœur, je ne vois pas en quoi je suis détestable. J’ai toujours été comme ça. » Cillian haussa les épaules, bon d’accord il le faisait peut-être exprès d’agir de cette manière mais il n’allait pas changer qui il souhaitait être. « On ne change pas les vieilles habitudes, que veux-tu ? J’adore trouver une fille et la ramener dans un petit hôtel afin de passer la nuit avec. » dit-il en la regardant, son petit sourire en coin toujours sur les lèvres. « Et toi alors ? Je remarque que tu n’as pas changé de méthodes, tu bouscules toujours les autres pour engager la conversation. »

 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Sam 31 Mai - 22:26





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


Sa vie à New-York était différente, mieux sans doute. Elle n’avait plus besoin de se montrer à la hauteur de ses parents. Ici, elle faisait les choses pour elle. Et puis surtout, elle n’avait pas besoin d’être une cheerleader, ou d’être populaire pour exister. L’époque lycée était une page définitivement tournée… ou presque. Elle le pensait avant d’apercevoir Cillian dans ce bar… et dire qu’elle avait tenté de l’éviter et que la seule personne qu’elle avait bousculée en passant, c’était lui. Elle n’avait vraiment pas de chance grrr… La dernière fois qu’elle l’avait vu, c’était à la remise des diplômes et à vrai dire, ils ne s’étaient pas du tout adressé la parole. Pas depuis cette discussion dans les toilettes.

Ils avaient entamés la conversation de façon plutôt normale et sans prise de tête. « Je n’ai pas changé, j’étais, je suis et je resterai toujours la même que ça te plaise ou pas. Non pas du tout, ce n’est pas cela. Félicitations, je suis contente pour toi. Juste… je ne savais pas que tu jouais de la musique. Quel instrument ? ». Il faut dire qu’ils n’avaient jamais pris la peine d’apprendre à se connaître puisque la tenue de cheerleader ne convenait pas du tout à Cillian. June savait très peu de choses sur lui… juste qu’il vivait dans une famille d’accueil car il avait perdu sa mère et qu’il aimait beaucoup sortir. Mais ils s’étaient contentés de se juger sur les apparences et cela ne favorisait pas les rapports amicaux. « Merci… Je l’espère en tout cas. Je croise les doigts. » dit-elle en haussant les épaules. La première fois qu’elle avait croisé sa route, dans une boîte de nuit de Lima, elle avait adoré son côté un peu arrogant, sûr de lui, limite prétentieux… elle trouvait cela vraiment amusant. Mais depuis leur discussion, elle était exaspérée de voir ce sourire moqueur sur ses lèvres et elle ne manquait pas de le lui faire remarquer. « Cela t’amusait peut-être mais ici, tu ferais mieux de t’abstenir. Tu n’as plus de raison valable de toute manière. Je ne suis plus cheerleader et tu ne peux plus me remettre sur le dos les choses que les autres t’ont fait subir. » Elle leva un instant les yeux au ciel avant de sourire exagérément. « Pauvre chou… j’ai du te briser le cœur au moins 10 fois depuis notre rencontre. Mais c’est comme ça… tu fais en sorte d’être détestable. Tu n’étais pas tout à fait comme ça quand on s’est rencontré. » Elle l’avait regardé plutôt sérieusement avant d’écouter sa petite remarque faisant allusion à la nuit qu’ils avaient passé ensemble et elle ne pu s’empêcher de laisser apparaître un petit sourire en coin sur ses lèvres. « Je vois ça… Je savais que notre nuit à l’hôtel allait beaucoup t’inspirer… J’espère seulement que tu as réussi à trouver d’autres filles à la hauteur de tes attentes… » Elle lui sourit amusée. « Ce n’était pas voulu… Je me suis retournée et c’était toi qui étais derrière. Je t’ai aperçu quand j’ai été chercher mon verre au comptoir et j’espérais que tu ne remarquerais pas ma présence… ».






made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mer 4 Juin - 18:57

june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Cillian n’avait gardé que très peu de contact avec les anciens étudiants de McKinley. Déjà, à l’époque, il était quelqu’un de solitaire ne se laissant approcher que par très peu de personnes mais ici, à New-York, c’était encore pire. Mais bizarrement, la solitude ne le dérangeait pas plus que ça. Après tout, il refusait toutes attaches depuis la mort de sa mère malgré le fait qu’il l’avait fait sans le vouloir auprès de sa famille d’accueil. En même temps, c’était difficile de ne pas craquer quand tu avais un petit garçon de cinq ans qui te suivait partout. C’était difficile de ne pas craquer et il était devenu rapidement son chouchou. Heureusement pour Cillian – et pour l’enfant bien entendu – la famille Swark avait décidé de l’adopter. Il n’aurait pas pu supporter de le voir partir. Le jeune homme ne put s’empêcher de rire face à ses paroles. « Mais je n’ai jamais dis que ça me plaisait pas, bon  je l’ai peut-être sous-entendu c’est vrai. Mais j’avais une bonne raison de le dire. Merci, c’est.. gentil de ta part. Je ne vis que pour la musique, et bien principalement de la guitare mais sinon je sais jouer aussi du piano et de la batterie. » Après tout, si elle se renseignait sur sa vie, il pouvait en faire autant de son côté. Puis, ce n’était pas quelque chose de très secret. Sauf si bien sûr, elle souhaitait le garder confidentiel mais dans ce cas, Cillian trouverait ça absurde. Le jeune homme croisa les bras en la regardant, au moins ils étaient assez cordiaux.  « Si tu as été accepté dans cette école, c’est que tu dois avoir forcément du talent donc ça devrait aller. Puis ça va, t’es pas trop mal pour apparaître à l’écran. »  dit-il en secouant les épaules.

Après ce qui s’était passé entre eux, il ne pouvait pas non plus dire qu’elle était moche pour devenir une célébrité de cinéma.  Le jeune homme fronça légèrement les sourcils à ses paroles. Il avait toujours agi de la même façon, après elle ne le connaissait pas assez pour se permettre de le juger ainsi. « J’ignorais qu’il fallait une raison valable, mais si vraiment tu en veux une, je suis certain que je peux en trouver facilement. Puis, je ne sais pas pourquoi mais j’aime bien quand tu te mets en colère contre moi, je ne sais pas, ça me fait juste rire. C’est peut-être pour ça que je suis complètement insensible, à force de me briser le cœur, il a fini par disparaître. » Cillian afficha un petit sourire en coin avant de reprendre la parole. « Tu te trompes, j’ai toujours été comme ça. Bon, il faut dire que lorsqu’on s’est croisé, on avait tous les deux biens bus. L’alcool a du faussé ton jugement, ça peut arriver quand on n’est pas habitué. » Cillian se passa une main dans les cheveux, souriant légèrement quand ils se mirent à parler de l’unique nuit qu’ils avaient partagé. « Oh ne t’en fais pas pour ça, à New-York, on y trouve beaucoup de filles beaucoup plus qualifiées que tu l’étais à l’époque. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime bien cette ville. » dit-il avec un petit sourire avant de rouler de nouveau les yeux. « Donc tu voulais m’éviter ? Ce n’est vraiment pas sympa de ta part ! Mais c’est vrai, tu aurais pu faire un peu plus attention où tu marchais. Sauf si bien sûr on admet que tu me dis la vérité.. »
 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Sam 7 Juin - 10:38





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


June avait gardé quelques contacts du lycée, mais contrairement à ce que l’on pensait, il ne s’agissait pas du tout de footballeurs ou de cheerleaders. Elle avait aussi retrouvé quelques amis de longue date tels que Nick ou Blaine et s’en était fait de nouveaux, qu’elle espérait garder près d’elle le plus longtemps possible. Finalement tout se passait bien dans cette grande ville, encore mieux qu’elle l’espérait. Mais ça c’était jusqu’à ce soir… Il n’y avait qu’une seule personne qui lui avait toujours tenu tête et qui le la comprenait pas… C’était Cillian et c’est exactement ce garçon qui se trouvait devant elle à cet instant. Mais heureusement, elle savait comment gérer cette situation, du moins, elle espérait savoir. Elle sourit en écoutant ses paroles, amusée qu’il reconnaisse à moitié ses torts. « Bien sûr que si tu as prétendu que ça ne te plaisait pas, n’essaie pas de te défiler. Et tu n’avais pas de bonne raison de dire cela, tu pourrais au moins le reconnaître. De rien, c’est normal. Tu sais jouer de trois instruments… tu dois être très doué, ils ne prennent que les meilleurs à Juilliard ». C’était la première fois qu’ils s’intéressaient réellement l’un à l’autre et qu’ils partageaient une discussion tout à fait normale, comme deux personnes qui s’apprécient. Elle avait bu un peu de son verre avant de rire un peu à ses paroles. « Je suppose que je dois te remercier pour ces compliments un peu dissimulés… Ca veut dire que tu ne changeras pas de chaîne si tu me vois à la télé ? » Dit-elle amusée. Elle lui plaisait, ou du moins, elle lui avait plu ce soir-là en boîte à Lima. Il le lui avait dit avant qu’ils ne passent la nuit ensemble.

Cillian et June étaient tous les deux des personnes entières et ils ne mâchaient pas leurs mots. Ils avaient tous les deux matière à répondre à l’autre et cette situation était limite agaçante pour la jeune femme qui n’avait jamais trouvé d’adversaire à sa taille jusqu’à ce qu’elle croisa sa route. « Et quelle raison valable tu vas trouver alors ? On n’ennuie pas les gens sans raison. Donc ça t’amuse quand je suis en colère contre toi ? Tu ne préfèrerais pas plutôt qu’on s’entende comme des personnes civilisées ? » Elle leva les yeux au ciel amusée. « Pour que je te brise le cœur, il aurait déjà fallu qu’on soit un minimum attaché l’un à l’autre et en l’occurrence ça n’a jamais été le cas. » Elle ne pu s’empêcher de rire en écoutant la suite. Visiblement, il ne l’avait pas cerné lui non plus. « On a bien bu au fil de la soirée, mais cela n’a pas faussé mon jugement. Pour être franche, tout au long de cette soirée en boîte et à l’hôtel, j’ai plutôt apprécié ton côté un peu agaçant… et ça m’a nettement moins plu quand tu as commencé à t’en servir pour m’en faire voir de toutes les couleurs. » Elle se mordit légèrement la lèvre avant de le regarder s’exprimer sur les performances des New-Yorkaises, un peu dépitée… voire exaspérée. Elle secoua brièvement la tête avant de lui répondre. « Tant mieux, je suis ravie de découvrir que tu t’es parfaitement adapté à ce nouvel environnement. Même si je dois admettre que j’ai de légers doutes sur le « beaucoup de filles »… enfin soit, il est sans doute inutile de relever cette question. Par contre, je tiens à préciser qu’il y a quelques mois d’ici tu étais totalement satisfait malgré le fait qu’apparemment les filles d’ici soient plus qualifiées ». Elle sourit avant de jouer nerveusement avec son verre. Elle reprit alors son sérieux. « Oui je voulais t’éviter. Ne me dis pas que ça t’étonne, c’est le cas depuis cette fameuse discussion dans les toilettes du lycée. Tu vas bientôt me dire que tu avais envie de me voir ? Je ne l’ai pas fait exprès, je suis désolée. Parce que tu crois vraiment que j’aurais fait en sorte de te bousculer pour entamer cette discussion avec toi ? Alors là tu te mets le doigt dans l’œil mon coco… ». Elle leva les yeux au ciel en soupirant légèrement.







made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mer 11 Juin - 9:38

june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Cillian connaissait peu de choses sur la jeune femme, il faut dire que l’unique renseignement qu’il avait obtenu c’était qu’elle était cheerleader à l’époque. De quoi le refroidir, surtout qu’il l’avait appris alors qu’il était couvert de soda glacé. Sa virilité en avait pris un coup et de la voir habillée en tenue rouge n’avait pas du tout aidé. Il s’était bien rendu compte qu’elle avait cherché à l’aider mais c’était plus fort que lui, il n’avait pas pu s’empêcher de lui lancer des piques. Il fallait reconnaitre qu’au lycée, les populaires et lui, ça faisait deux. Les footballeurs avaient le don de l’énerver et il avait beau se défendre lorsqu’il s’en prenait à lui, ça ne changeait rien. Il ne comptait plus le nombre d’heures de colles qu’il avait eu pour s’être battu avec l’un d’entre eux mais pour finir à la fin, il en avait tellement marre qu’il les laissait faire. De toute façon, maintenant qu’il était à New-York, il n’avait plus aucun contact avec eux et ne les avait plus revus. Du moins jusqu’à ce soir. « Si, j’en avais une, tu étais une populaire et c’était suffisant pour moi. Peut-être, je ne sais pas. On m’a un peu forcé à m’y inscrire mais finalement je ne regrette pas. Ça me plait pour l’instant. » dit-il en secouant les épaules. Il avait eu le malheur de parler de ce souhait à une amie et celle-ci l’avait encouragé à postuler à cette université. C’était le rêve de sa mère et c’est en partie grâce à elle qu’il aimait tant la musique. Le jeune homme se mit à rire face à ses mots. « Ce n’est pas la peine, si on me demande si je t’ai un jour complimenté, je répondrais constamment  non. Non bien sûr que non puis si tu deviens célèbre, je pourrais toujours me venter d’avoir passé la nuit en ta compagnie. » Cillian ne pouvait s’empêcher d’être amusé même lorsqu’ils se disputaient. Elle avait du répondant et même s’il ne l’avouerait jamais – même sous la torture – cela lui avait plu lors de leur rencontre.

« Pourquoi il faut toujours une raison ? Es ce qu’à l’époque, vous aviez une raison de vous en prendre aux non populaires ? Non alors ne me demande pas d’expliquer pourquoi. Mais tu as du répondant et j’aime bien ça, c’est rare maintenant. Tu ne te laisses pas faire malgré tout ce que je dis, c’est un peu ça qui m’encourage à continuer. Parce que tu penses vraiment qu’on puisse un jour s’entendre ? » Il la regarda dans les yeux, un brin septique. Au bout de quelques secondes, il finit par secouer les épaules et boire une gorgée de son verre. « Mais qui te dit qu’ils n’étaient pas attachés, sans qu’on le sache. Tu as peut-être brisé une future et grande histoire d’amour entre nous. » dit-il d’un ton moqueur avant de se mettre à rire. Non, il ne croyait pas en l’amour et tout ce qui l’entourait. Il acceptait déjà l’amitié et c’était bien assez. Parce que finalement, on finissait toujours seul. « Tu aurais voulu que je fasse quoi ? Que je ne me défende pas et que tu t’en sers contre moi ? Je ne pouvais pas prendre ce risque là, je crois qu’en te voyant avec cet habit, je me suis senti un peu trahi. J’avais baissé ma garde avec toi et je..  je ne pouvais pas me le permettre. Alors oui, c’est le seul moyen que j’ai trouvé à l’époque. » Cillian fronça légèrement les sourcils avant de boire une gorgée un peu plus longue de son cocktail. « Je me contentais de ce que j’avais puis certaines fois, c’est vrai qu’elles faisaient l’affaire mais c’était plutôt rare. Je peux compter le nombre de filles avec qui j’ai passé la nuit et que ça me plut. Il n’y en a pas eu des masses. Ce qui est bien ici, c’est que tu as moins de chance de rencontrer une ancienne conquête que tu as laissé au petit matin qu’à Lima. Je ne me souviens pas de leurs visages de toute façon. » Il se mordit a lèvre, fronçant un peu les sourcils. Parfois, il se réveillait sans savoir où il se trouvait et prenait vite la fuite. « Non tout de même pas, je ne pensais plus du tout à toi. Tu avais complètement disparu de mon esprit et voilà que je te croise à nouveau dans cet endroit en plus ! Je dois être vraiment maudit, ce n’est pas possible. Et pourquoi pas ? Tu n’as peut-être pas trouvé quelqu’un à ton goût ici et en sachant ce que je valais, tu t’es dis que tu pouvais toujours tenté. » Il laissa apparaître  un petit sourire en coin.      
 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mar 17 Juin - 20:54





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


June n’avait pas réellement compris pourquoi il avait réagit comme cela avec elle, uniquement à cause de sa tenue de cheerleader. C’est vrai qu’elle était populaire et que leurs deux camps étaient plutôt ennemis, mais elle ne lui avait jamais rien fait et n’avait même jamais commandé à un footballeur de faire quoi que ce soit contre lui puisqu’elle ne savait même pas qu’il était dans ce lycée. Elle avait même tenté de l’aider discrètement lorsqu’il s’était pris ce soda glacé dans la figure. Elle l’avait rejoint aux toilettes et l’avait épongé un peu. Mais il s’était braqué contre elle juste parce qu’elle portait cette tenue rouge… C’était la dernière fois qu’elle lui avait parlé jusqu’à aujourd’hui. Elle leva un instant les yeux au ciel en écoutant ses paroles… il exagérait un peu. « J’étais peut-être une populaire mais tu ne me connaissais pas. Tu t’es arrêté sur tes préjugés et ça pour moi c’est loin d’être une raison suffisante. Ils savent ce qu’ils font à Juilliard, alors tu n’as pas à douter de ton talent. Tant mieux, ce serait beaucoup moins gai, si tu te sentais juste obligé d’y être. » dit-elle en le regardant plutôt sérieusement. Elle avait au moins appris un détail de plus sur sa vie, il aimait la musique et en jouait apparemment plutôt bien. Il jouait de plusieurs instruments en plus de cela. Jusqu’ici la seule info qu’elle connaissait sur lui était ce dont il lui avait parlé lors de leur nuit ensemble. Il lui avait avoué vivre dans une famille d’accueil car sa mère était décédée. Ca avait dû être difficile pour lui… c’était sans doute pour cela qu’il était aussi particulier, agaçant, énervant,… La jolie brune laissa apparaître un sourire amusé sur ses lèvres. Il était pas croyable ce mec. « Ca t’étoufferait de me faire un compliment ? Je suis certaine qu’au fond quand tu me vois, il y a plein de compliments qui te viennent à l’esprit. Mais tu n’ose tout simplement pas l’avouer. Et moi je pourrai toujours démentir... » Elle lui adressa un sourire amusé et un regard qui le mettrait presque au défi de faire cela. Elle désirait voir s’il était prêt à tout, comme lors de leur première rencontre. Ils s’étaient lancés de nombreux défis avant de se rapprocher très fort, jusqu’à finir dans le même lit.

« Parce que sinon, on appelle cela de la méchanceté gratuite ! Il y a forcément une raison pour chaque chose que tu fais. C’est vrai, j’ai été prétentieuse, sûre de moi et très hautaine, j’ai profité de mon statut pour avoir les meilleures places ou d’autres choses, mais je ne m’en suis jamais prise à qui que ce soit, populaire ou pas. Oh… enfin quelque chose que tu aimes chez moi. Il aura fallu le temps. Tu sais très bien que je ne suis pas du genre à me laisser marcher sur les pieds, je ne cèderais jamais. Je ne sais pas… peut-être… ou peut-être pas. » Elle haussa brièvement les épaules avant de boire un peu. Elle l’écouta alors avec attention avant de se mettre à rire. Elle s’empressa alors de répondre. « Je pense que si ça avait été le cas, je l’aurais remarqué… et puis c’est impossible que j’aie brisé une si belle histoire d’amour puisque je ne compte pas m’attacher à toi ou à qui que ce soit d’autre. » Elle trouvait toutes ces histoires d’amour, digne des films romantiques, tellement ridicules, qu’elle était persuadée qu’elle ne vivrait jamais cela. Elle s’empêchait d’avoir toute attache plus qu’amicale avec les garçons. Elle n’avait sans doute pas envie d’être déçue ou de devoir sacrifier la femme indépendante et moderne qui était en elle. La discussion était devenue beaucoup plus sérieuse soudainement et elle se rendait compte à quel point il l’avait mal jugée. « Ce n’est pas ce que je dis. C’est normal de te défendre, je ne prétends pas le contraire. Mais pourquoi je m’en serais servie contre toi ? Je suis venue pour t’aider après l’histoire du soda et si tu n’étais pas resté focalisé sur cette tenue, on aurait pu s’entendre. Je ne t’avais pas caché que j’étais cheerleader et puis qu’est-ce que ça changeait finalement chez moi ? » Sa réaction avait été plus que stupide et elle avait envie de le lui dire, mais elle s’était retenue, se contentant de jouer un peu avec son verre. « Et je fais partie de ces filles dont tu te rappelles ? » dit-elle un peu curieuse avant de continuer. « C’est vrai, c’est un avantage. » Elle leva ensuite les yeux au ciel, amusée avant de laisser apparaître un petit sourire. « Je suis certaine que j’étais encore dans un petit coin de ta tête et que tu t’es senti très heureux de me revoir il y a quelques minutes. Je sens que tu vas bientôt me remercier de t’avoir bousculé malencontreusement. » Elle se mit à rire ensuite : « Alors là, pas du tout ! Je n’aurais jamais fait ça et encore moins avec toi. Il y a des tas de garçons ici qui seraient ravis de me raccompagner jusque chez moi ».








made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mer 25 Juin - 12:01

june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Cillian n’aurait pas su vraiment expliqué pourquoi il avait réagi de cette façon lorsqu’il l’avait croisé dans les couloirs du lycée. Outre la surprise de la voir de nouveau, il était également couvert de soda glacé. Le footballeur n’avait pas pu attendre quelques minutes, non il l’avait fais juste avant qu’il la croise. Son orgueil en avait pris un léger coup, il devait l’avouer. Peut-être qu’il avait réagi excessivement mais c’était dans sa nature. Dès que quelque chose n’allait pas, il s’énervait et s’en prenait à la première personne qu’il croisait. Et là, manque de chance, c’était tombé sur la jeune brune. Au lycée, il était vraiment différent du Cillian qu’il était vraiment. Il se faisait discret, du moins du mieux qu’il pouvait. Cela ne l’empêchait pas de récoler des heures de colle, bien entendu. Il attirait toujours les ennuis. Mais à New-York, c’était différent. Il sortait encore plus qu’avant et le peu de contact qu’il avait, c’était soit avec des gens de la boite de nuit, soit avec sa demi-sœur soit avec l’une de ses amies proches. C’était tout et ça lui suffisait. Il était toujours dans l’optique que l’amitié, ça finissait toujours mal et par de la trahison. « C’est comme tu vois, moi je sais que c’était une vraie bonne raison et ça me suffit. Tu faisais partie de ceux qui rabaisser sans cesse les gens juste à cause de leur statut. Alors oui, peut-être que tu étais différente mais pour moi, tu ne l’étais pas. Sinon tu aurais essayé d’être vraiment toi-même au lieu d’avoir ta petite bande qui te suivait partout et qui copiait chacun de tes mouvements. » dit-il en roulant des yeux avant de reprendre. « Comment tu peux dire ça ? Tu ne m’as jamais entendu jouer, ils pourraient très bien avoir eu pitié de moi. Du moment que je fais de la musique, ça me va, je verrais plus tard si je continue ou non. Je n’ai pas du tout envie de rester dans ce pays. » Il avait envie de voir le monde, de faire toutes les choses que sa mère n’avait pas pu réaliser que ce soit à cause de lui ou à cause de l’horrible accident. Même s’il jouait au garçon je m’en fous de tout, c’était tout le contraire. Il ne s’autorisait pas d’être réellement lui-même avec quiconque.  Ou alors peut-être avec son demi frère mais celui-ci avait six ans et il ne connaissait rien de la vie. En l’écoutant parler, il ne put s’empêcher de rire.  « Tu crois vraiment trop en tes rêves là. Puis, je pense que je t’ai assez fais de compliments cette nuit-là pour que je recommence. Il ne faut pas en abuser sinon tu risquerais de prendre la grosse tête. C’est courant chez les actrices ! Tu oserais me faire ça ? Je suis vraiment vexé. » Cillian posa une main sur son cœur, faisant semblant d’être blessé par ce qu’elle venait de dire. Puis d’une voix légèrement ironique ajouta : «  Mais si, je deviens un grand musicien, ça pourrait être profitable pour ta carrière qui sait ! Pense à cette option aussi. »

Le jeune homme esquissa un petit sourire moqueur. Cependant, il croisa les bras afin de l’écouter parler sans l’interrompre. Ce qui était vraiment un exploit chez lui. « Non, ce n’est pas le cas. Crois-moi si j’avais voulu être vraiment méchant avec toi, j’aurais fais de tes dernières semaines de lycée, un véritable calvaire et ce n’est pas le cas. J’aurais du t’enregistrer pendant que tu annonçais tous tes défauts, j’aurais pu les ressortir un peu plus tard. Mais je les garde en tête, au moins tu le reconnais c’est déjà ça. Je suis fier de toi ! Ne jamais dire jamais, tu le sais très bien. Bien que je ne te souhaite pas que ça arrive, ce serait vraiment moins drôle si c’est le cas. » Cillian ne put s’empêcher de se demander s’ils auraient pu être amis mais la réponse vient d’elle-même. Ils étaient trop différents puis avec leur caractère, leur « amitié » aurait vraiment été mouvementée. Il laissa de nouveau un rire s’échapper. Au moins, ils étaient d’accord sur ce point. L’amour ça ne servait à rien, juste à faire souffrir lorsque ce sentiment disparaissait. Puis Cillian appréciait le fait d’être libre, il n’avait de compte à rendre à personne. « Pour une fois, je suis bien d’accord avec toi. A quoi ça sert de s’attacher à quelqu’un ? A part à nous rendre complètement débile, je ne vois pas ! » Lorsqu’il voyait les couples se mettre des cœurs et des je t’aime à toutes les sauces, il ne pouvait s’empêcher de faire la grimace. La guimauve, ce n’était pas du tout pour lui. Ils se mirent de nouveau à parler du passé. Il secoua simplement les épaules. «  Ce qui changeait, c’était que tu étais de McKinley voilà pourquoi ! Tu faisais partie des cheerleaders de mon lycée. Je n’avais pas du tout prévu ça et j’aurais peut-être du être plus vigilant.. enfin je sais pas. De toute façon, c’est du passé maintenant. Cela montre juste qu’on ne doit pas être fait pour s’entendre, c’est tout. » Cillian leva les yeux au ciel avec un petit sourire au coin des lèvres. «  Je pense que tu connais déjà la réponse. » dit-il en la regardant droit dans les yeux. Puis il but une gorgée de sa boisson. « Du moins, jusqu’à aujourd’hui.. » Quelle était la probabilité qu’ils se retrouvent dans la même boite de nuit dans cette si grande ville ? Zéro et pourtant c’était le cas. Il secoua doucement la tête, son sourire ne quittant pas ses lèvres. « Mais bien sûr, tu ne manques pas d’air. Je pense que tu peux toujours rêver pour un merci. Désolé de te décevoir mais je t’avais complètement oublié. Des jolies filles, j’en croise tous les jours maintenant. » Il fit une fausse mine septique. « C’est ce qu’on dit. Je pense plutôt que tu as fais toutes les boites de nuits d’ici afin d’espérer me retrouver. Mais rien ne t’empêche de te trouver un autre garçon, tu as le choix après tout. Mais au moins, avec moi, tu sais à quoi t’attendre. » dit-il en secouant les épaules, un petit sourire en coin.
   
 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Ven 27 Juin - 15:15





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


June pouvait encore se rappeler du choc qu’elle avait ressenti en remarquant que le gars qui se trouvait devant elle, couvert de soda était en fait Cillian, celui avec qui elle avait passé la nuit quelques temps plus tôt. Elle avait bien essayé de l’aider mais elle s’en était rendu compte trop tard. Enfin soit, c’était le passé tout cette histoire. En arrivant à New-York, la jolie brune n’avait pas changé ses habitudes. Elle continuait de sortir, dans des bars, des boîtes, en ville… peu importe. Elle avait toujours adoré cela, ça lui changeait les idées et cela lui permettait de faire de nouvelles rencontres parfois très intéressantes. « Tu es très exaspérant, tu sais ça ? Et borné en plus de ça. Je faisais partie de leur groupe sans vraiment en faire partie. Je voulais juste marquer le coup durant mes années de lycée. Tu en savais suffisamment sur moi après la nuit qu’on avait passé ensemble…tu savais qui j’étais, pas en détails mais tu avais eu un aperçu. » dit-elle en haussant légèrement les épaules. Elle prit une gorgée de son verre avant de le regarder. « Parce que Juilliard est une école très réputée et que tu n’es pas le genre de garçon qui accepterait une place simplement parce qu’on a eu pitié de toi. Tu as ta fierté, ça j’ai déjà pu le remarquer. Si tu aimes ça, il faut foncer et aller le plus loin possible. C’est vrai ? Tu comptes partir où plus tard ? Qu’est-ce qui ne te plait pas ici ? ». Elle était plutôt curieuse de savoir où il comptait partir et la raison pour laquelle il souhaitait quitter ce pays. Elle ne savait pas vraiment si ce début de conversation aboutirait à une amitié, ou plus mais elle se disait que ce serait dommage qu’il parte trop loin. Elle aimait plutôt bien leurs chamailleries et son caractère excessif même si elle ne le lui avouerait pas. Elle aussi avait sa fierté. Elle l’écouta riposter et se mit à rire à ses paroles. « L’espoir fait vivre ! C’est vrai, tu m’as fait quelques compliments ce soir-là… C’était très plaisant d’ailleurs. Mais si tu en as d’autres en tête, surtout ne te retiens pas, j’adore ça. Oh c’est mignon… tu t’inquiètes pour moi… Bien sûr que j’oserais, je suis capable de tout. » Elle le regarda poser sa main sur son cœur et faire sa petite scène dramatique. Elle l’observait avec un sourire amusé avant de lui répondre. « Non, merci. Je saurai me débrouiller, Cillian. Par contre, si toi tu as besoin d’un coup de pouce, appelle-moi ! ».

June l’écouta à son tour avant de parler à nouveau. « Oh je vois… et tu crois que je devrais te remercier pour ça ? Ca reste injuste… J’ai l’air si détestable que ça ? » dit-elle en le regardant. « Tu voudrais peut-être que je les répète ? Je n’ai pas des œillères, je sais très bien que je ne suis pas parfaite. J’ai des défauts et je l’admets. Tu pourrais en faire autant… Je dis jamais parce que ça n’arrivera jamais. Je ne crois pas que ce serait particulièrement moins drôle. » C’était difficile de savoir si oui ou non les deux jeunes gens auraient pu être de bons amis. Ce serait mentir de dire que June n’avait pas envie de bien s’entendre avec lui. Elle savait qu’ils étaient très différents dans la vie… il y avait tellement de choses qui les éloignait l’un de l’autre. Mais ils étaient à la fois très semblables pour certaines choses. Leur relation était très chaotique alors qu’ils ne se fréquentaient pas… Qu’est-ce que cela deviendrait s’ils étaient amenés à se voir plus régulièrement ? Elle sourit à ses paroles. Apparemment la seule chose qui les rapprochait vraiment était le fait que ni l’un, ni l’autre, ne croyait à l’amour. Leur indépendance et leur liberté leurs semblaient bien plus importantes. « On va marquer ce jour d’une croix dans le calendrier si ça continue, encore une fois nous sommes d’accord. Ca nous rend inconscient, et ça nous fait du mal parfois. Personnellement, je préfère profiter de la vie, faire ce qu’il me plait, quand ça me plait et avec qui je veux. » Elle savait que cette façon de voir changerait un jour. Comme toutes les femmes, elle aurait sans doute des enfants plus tard et un mari aimant. C’est sans doute pour cela qu’elle ne s’interdisait rien et qu’elle désirait profiter de chaque instant, de chaque rencontre, tant qu’il en était encore temps. Elle soupira un instant avant de le regarder. « Et alors, justement, au moins tu savais où j’étais, plus besoin de chercher après moi dans les boîtes de nuit. Je n’ai jamais rien dit sur toi, je n’ai même pas parlé de toi aux autres. Oui, c’est du passé… C’est sans doute cela oui… » June lui adressa ensuite un sourire en coin avant de se mordiller légèrement la lèvre inférieure. « Faut croire que j’aurais aimé te l’entendre dire. » Elle avait bien sûr deviné sa réponse et celui lui faisait plaisir intérieurement. Mais elle se garderait bien de le lui dire, c’est pourquoi, elle termina le fond de son verre avant de le poser sur le comptoir. Pour deux personnes qui n’étaient pas faites pour s’entendre, elle trouvait qu’ils avaient plutôt la discussion facile. Elle l’écoutait amusée. Son sourire ne quittait pas ses lèvres. « Tu as un égo beaucoup trop développé pour avouer que tu es content de me voir. Je ne t’ai même pas un tout petit peu manqué ? » fait le signe un tout petit peu avec ses doigts avant de rire doucement. « Oh oui, ces filles dont tu ne te rappelles pas… » Elle croisa les bras amusée. « Bien sûr… et comment j’aurais pu savoir que tu étais à New-York puisqu’on ne se parlait même pas ? Oh, merci pour ta bénédiction, je ne vais pas me gêner dans ce cas. Avec toi ? C’est une façon détournée de me dire que tu as envie de passer cette soirée avec moi ? » dit-elle avec un petit sourire amusé.







made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Lun 30 Juin - 9:05

june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
A New-York, il n’était plus considéré comme un loser à l’école mais plutôt comme le type qui joue de la guitare et ça lui suffisait. Au moins, il ne recevait plus de soda placé et les grosses brutes lui fichaient la paix. A Juillard, les étudiants étaient légèrement plus intelligents et matures que ceux de son ancien lycée et du moment qu’ils lui fichaient la paix alors ça allait. Cillian n’avait pas cherché à se faire d’amis ni d’ennemis d’ailleurs, non il restait tranquillement dans son coin à jouer de la musique. Le jeune homme n’était pas facile à apprécier et peu de personnes y avaient réellement arrivé. Il leur comptait sur les doigts d’une seule main et il se moquait toujours un peu lorsqu’il entendait d’autres élèves parler de leur trop grand groupe d’amis. Il savait qu’il pouvait leur demander de l’aide à tout instant même si ce n’était pas vraiment dans sa nature. « Oui ne t’inquiète pas, je le sais, on me l’a souvent répété et dommage pour toi, je ne vais pas changer. Je suis bien comme je suis et quoi que tu dises, rien n’y changera. Pour moi, tu étais dans leur groupe et c’était suffisant. Tu devais être un peu comme eux pour pouvoir être acceptée même si tu penses ne pas l’être. Bon, pour être franc, l’aperçu que j’ai eu me plaisait assez et je suppose que c’est à cause de McKinley que tout ça a changé. Tu aurais fais partie d’une autre école, ça ne m’aurait pas dérangé. » dit-il en secouant les épaules. Il ne se souvenait plus trop de ce qu’il avait ressenti à ce moment là mais il savait qu’il avait été choqué de la voir à Lima. Il avait plus pensé aux autres écoles que ce lycée pourri. « Non en effet, et bien tu commences à bien me connaître apparemment. » Il secoua de nouveau les épaules avant de lui répondre. «  Je l’ignore encore, je suppose que je déciderais de l’endroit où je veux aller, le jour même. Vivre au jour le jour et rencontrer d’autres cultures à travers la musique. C’est toute ma vie et elle m’a aidé à un moment donné de ma vie. Alors pourquoi, je ne le ferais pas pour les autres. Je n’ai jamais eu l’occasion vraiment de partir en vacances que ce soit avec ma mère.. ou bien avec ma famille d’accueil. J’ai toujours rêvé de voyager et de faire le tour du monde, et je sais qu’un jour je le ferais. Même si pour ça je dois tout quitter. » C’était aussi simple que ça puis il savait que le peu d’entourage qu’il avait ne le retiendrait pas. Cillian n’était pas non plus un monstre et ça lui ferait sûrement du mal de partir mais il n’allait pas s’empêcher de vivre son rêve à cause de son attachement pour des personnes. « Oh que non, je ne m’inquiète pas pour toi, mais plutôt de ceux qui te regarderont à la télé. Je sais que lorsque je vois une star ayant la grosse tête, la seule chose que j’ai envie de faire, ce n’est pas de la regarder jouer la comédie mais plutôt de la baffer. Capable de tout vraiment ? » dit-il avec un petit sourire en coin avant de reprendre. « Mais bien sur, alors là tu peux toujours attendre un coup de fil de ma part, il n’arrivera jamais. Je peux me débrouiller tout seul moi aussi, je te rassure. » dit-il avec un petit sourire en coin avant de reprendre.

« Mais bien sur, alors là tu peux toujours attendre un coup de fil de ma part, il n’arrivera jamais. Je peux me débrouiller tout seul moi aussi, je te rassure. » Chacun restait sur leur position et même si la conversation avait des hauts et des bas, Cillian était tout de même amusé de la tournure des événements. Il roula des yeux face à ces mots. « Non pas vraiment mais comme tu l’as dis, je suis têtu et lorsque je me fais un avis sur les gens, il est rare qu’il se modifie.. » Il fallait vraiment un exploit pour que l’impression qu’il ressentait pour une personne change. Du moins, c’était plus le fait de s’être trompé qui le bloquait. Il détestait admettre qu’il avait tord alors il préféré camper sur ces positions quoi qu’il arrive. Il se mit doucement à rire avant de bomber un peu le torse. «  Mais qui te dis que j’ai des défauts ? Moi personnellement, je me trouve parfait !   Bien sûr, si je dois bien admettre une chose, c’est que tu as du répondant alors te laisser marcher sur les pieds, ce serait vraiment bizarre. D’ailleurs, c’est l’une des choses qui m’avait plu lorsqu’on s’est rencontré. » il n’avait pas vraiment voulu le dire à haute voix mais tant pis, puis après tout elle devait bien le savoir. S’il avait passé la nuit avec elle, c’était parce qu’il lui plaisait et pas pour autre chose. Il se demandait ce qui aurait pu se passer si les choses avaient été un peu différentes. S’il ne l’avait pas croisé dans les couloirs, es ce qu’ils seraient devenus amis ? Peut-être... ou peut-être pas, avec leur caractère rien n’était moins sûr. Il y aurait sûrement eu des disputes. « J’avoue, c’est tellement rare. En même temps, je t’aurais dis le contraire, ça aurait semblé bizarre. Parce que je ne pense que ceux qui cherchent le grand amour puisse le trouver dans ce genre d’endroit. C’est aussi comme ça que je vois ma vie. » Il n’avait jamais pensé à changer, ni même pensé qu’un jour il fonderait une famille. Il voulait juste vivre dans l’insouciance mais après tout il était encore jeune. Peut-être qu’après son tour du monde, sa vision de la vie changerait mais ça l’étonnerait. « Moi non plus, je n’ai jamais rien dis sur toi malgré les légères menaces que je t’avais faites. Es ce que j’ai été tenté ? Ce serait mentir que de te répondre non mais je ne l’ai pas fais. J’ignore pourquoi d’ailleurs. Je ne suis pas un bon ami de toute façon, t’as rien perdu. » Le jeune homme sourit légèrement avant de boire une gorgée de sa boisson. « Désolé, tu ne l’entendras jamais de ma bouche. » Il continua de sourire en secouant les épaules. Il fit mine de réfléchir face à sa question. «  Non pas vraiment ou alors c’est tellement un peu que je ne m’en suis même pas rendu compte. Et moi alors, je t’ai manqué ? » Il la regarda attendant sa réponse, son petit sourire en coin sur les lèvres. « Je crois que tout Lima passe un jour dans cette ville. Mais qui sait, peut-être que tu as trouvé un moyen de te renseigner sur ma vie. Comment je l’ignore mais en te voyant face à moi, je suppose que tu y as arrivé. Je devrais trop te manquer. C’est tout qui a déduit ça, moi je n’ai rien dit du tout. » dit-il en levant les mains d’un geste qui se voulait innocent.

 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Lun 7 Juil - 21:41





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


La vie de tous les jours à la fac avait changé également pour June. Elle n’avait plus besoin de se cacher derrière une tenue de cheerleader pour être populaire et ne pas subir les enfantillages des footballeurs. Elle ne devait plus non plus se farcir la présence des autres filles qui passaient leur temps à critiquer les gens et rire comme des andouilles. Elle était juste libre d’être celle qu’elle avait toujours été dans l’ombre et surtout, elle portait ses fringues à elle qui la mettaient beaucoup plus en valeur. Elle ne faisait plus partie d’un grand groupe d’amis, mais elle avait eu l’occasion de rencontrer de très belles personnes à l’Actors Studio et ces histoires ne faisaient que commencer. « Au moins, c’est la preuve que le problème ne vient pas de moi… Je ne te demande pas de changer, Cillian. Juste… fais un effort pour te contrôler parfois. Tu aurais au moins pu prendre la peine de me laisser le bénéfice du doute et tu aurais vu que ce n’était pas le cas, la seule chose qui les intéressait, c’était le fait que ma famille soit plutôt d’un milieu aisé. » Elle leva les yeux au ciel avant de continuer. « Donc, je te plaisais jusqu’à ce que tu me vois dans ce lycée… C’est idiot comme réaction. Tu aurais voulu me revoir si j’avais été dans un autre lycée ? De toute manière, je ne suis plus à McKinley maintenant, tes excuses ne sont plus valables ». Elle se rappelait qu’il lui avait dit qu’elle lui plaisait lorsqu’ils avaient passés la nuit ensemble. Et si elle avait encore des doutes jusqu’ici, elle savait maintenant qu’elle lui plaisait réellement, même s’il ne l’avouait qu’à demi-mot. Elle sourit légèrement amusée à sa remarque avant d’écouter la suite de ses propos. « C’est plutôt courageux de partir comme ça, du jour au lendemain, sur un coup de tête. Mais ça a aussi un côté très excitant à mon avis. Il faut avoir le goût de l’aventure, aimer les surprises et faire face à toutes les situations possibles. Ca doit être sympa en fait. C’est une belle initiative… Si la musique t’inspire et que c’est ta voie, tu ne peux que la suivre. Tu as un grand cœur en fait…derrière ces airs de rebelle arrogant. Pourquoi tu ne viendrais pas en vacances avec moi ? Enfin si tu penses pouvoir me supporter… Je ne te demande pas de tout quitter. Tu te libères et on part juste quelques jours ! » Il n’avait pas fallu plus de quelques secondes avant que June se rende compte qu’elle était complètement dingue de lui proposer ce genre de chose. Même s’ils ne partaient qu’un week-end, ce serait forcément électrique entre-eux. Quoi que cela pourrait également être amusant. Elle roula ensuite des yeux avant de le regarder, les bras croisés. « Je ne prendrai pas la grosse tête, je ne suis pas si prétentieuse, tu sais… Oui mais toi, c’est toi… Tout le monde ne réagirait pas comme ça. Tu sais très bien que oui, je suis vraiment capable de tout ! » dit-elle en le regardant amusée, avec une mine qui semblait le défier. « De toute façon si un jour tu dois revenir vers moi en rampant, ce ne sera pas parce que je suis célèbre, mais parce que tu ne pourras plus te passer de moi. Je suis certaine que tu as conservé mon numéro de téléphone. »

Elle savait qu’il allait à nouveau trouver quelque chose à lui répondre, mais à vrai dire, ce petit jeu entre eux, bien qu’agaçant parfois, l’amusait beaucoup. Le regarde en secouant doucement la tête. « Tu ne veux pas admettre qu’au fond, tu m’apprécies bien quand même… mais je suis sûre que c’est le cas ! » Qu’est-ce qu’il faisait là à perdre son temps à discuter avec elle, s’il voulait réellement l’éviter ? Ce mec était vraiment têtu comme une mule et elle était bien décidée à lui faire comprendre qu’il avait tord de ne pas lui laisser la chance de faire ses preuves. Elle le regarda bomber le torse avant de se mettre à rire et de lever les yeux au ciel. « Je rêve ma parole ! Tu en as plein plein plein ! Moi aussi je me trouve parfaite, personnellement. Mais regarde, toi par exemple, tu ne me trouves pas parfaite. C’est pareil pour moi… tu n’es pas parfait ! Je suis contente que tu l’aies remarqué, j’en suis plutôt fière. » Le reste de sa phrase la fit sourire un peu plus. « Je suis contente de le savoir, et que ça te plaise aussi. L’une des choses ? Ca veut dire que beaucoup de choses te plaisent chez moi ? Hormis mon corps et mon répondant… » Elle ne perdait pas le nord, et si elle pouvait lui soutirer un peu plus d’informations ou de compliments, elle ne crachait pas dessus. C’était plutôt amusant de le faire avouer toutes ces choses. Il devait sans doute avoir remarqué qu’il lui plaisait aussi, et ce, depuis cette fameuse nuit. Après tout, est-ce qu’elle serait restée pour le nettoyer dans les toilettes si elle ne lui portait pas juste un peu d’intérêt ? Probablement pas. « C’est vrai, je dois bien avouer que j’aurais été très surprise du contraire. Ce genre d’endroit n’est pas très approprié en effet, mais ce n’est pas comme si on le cherchait ce grand amour. Encore un point commun ? Wow… Il va neiger ? ». Même si il était très énervant, elle avait réellement l’impression qu’il était son double masculin. Ils avaient la même vision des choses et des caractères bien trempés qui causeraient probablement encore des étincelles. « Je m’attendais réellement à ce que tu mettes tes menaces à exécution et pour être franche, je n’avais réfléchi à aucun moyen de répliquer à tout ça. Merci de ne pas avoir fait de ma vie un enfer… Tu dois être quelqu’un de bien au fond… bien caché. » Elle lui adressa un sourire en coin avant de rire doucement. « Tu as dit « jamais » ? Quelqu’un m’a dit de ne jamais dire jamais… » Elle lui adressa alors un joli sourire en coin, le narguant un peu sur cette phrase qu’il lui avait dit quelques instants plus tôt. Elle continua de rire ensuite, faisant quelques pas vers le bar pour commander la même chose. « Et à cet instant précis, tu ne te dis même pas un peu que je t’ai manqué ces derniers temps ? Toi ? Peut-être que oui ou peut-être que non… ce serait un peu trop facile sinon. » Son sourire ne quittait pas ses lèvres et ses yeux ne se décollaient pas de lui un seul instant. « Je n’avais aucune envie de me renseigner sur ta vie, je ne savais même pas quelle fac tu avais choisie. Et si j’avais vraiment voulu le savoir, je t’aurais appelé directement, ça aurait été plus simple, tu ne crois pas ? » Elle se mit à rire à nouveau. « Oh oui, c’est sans doute cela, si tu le dis… Maiiiiiiis ce n’est pas vrai ! Tu as fait cette allusion, alors assume tes paroles. Si tu veux passer cette soirée avec moi, invite-moi… demande-le moi, fais quelque chose... Tu devrais d’ailleurs saisir cette occasion car elle ne se représentera peut-être pas une seconde fois… » Elle lui souriait et le regardait en se demandant ce qu’il allait bien pouvoir répondre à cela.








made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Sam 12 Juil - 23:07
june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Le jeune homme ne cherchait ni gloire, ni richesse même s’il devait reconnaître que ses finances n’étaient pas au beau fixe. Il devait maintenant se débrouiller tout seul et il ne voulait pas se servir de l’héritage que sa mère lui avait laissé pour autre chose que le payement de son loyer. Bon, il devait reconnaître que sa famille d’accueil l’aidait comme elle le pouvait. Elle lui envoyait encore son argent de poche, au moins il pouvait acheter quelques trucs à manger potable bien que son frigo était presque toujours vide. Mais il comprenait parfaitement qu’elle avait d’autres enfants à s’occuper et à nourrir. Même s’ils le pouvaient, Cillian aurait sûrement refusé, voulant son indépendance. Il avait même pris ses responsabilité en prenant un petit boulot afin de payer ses sorties. Cillian avait appris une chose sur lui depuis New-York, c’était qu’il pouvait devenir très économe. Exploit pour lui vraiment ! « A quoi ça aurait servi franchement ? Es ce que vraiment on aurait fait un effort pour apprendre à mieux se connaître ? Je ne pense pas surtout avec le caractère que j’avais à l’époque, tu aurais eu du mal  me faire changer d’avis. Toi, tu viens d’une famille aisée et moi c’est tout le contraire, encore un point qui nous différencie. » dit-il en secouant les épaules avant de reprendre la parole. « En effet, mais maintenant tu ne me plais plus, voilà qui change pas mal de choses. Mais sinon peut-être que j’aurais pris contact avec toi, ce serait mentir de dire que j’avais passé une soirée affreuse en ta compagnie. C’est plutôt rare que je reçois des défis d’une inconnue en pleine boite de nuit » Le jeune homme avait voulu insister sur le fait qu’elle ne lui plaisait plus même si ce n’était pas tout à fait la vérité. Mais après tout, elle n’avait pas besoin de le savoir. Il secoua les épaules avant de lui répondre. « Le risque, je m’y connais un peu mais tu ne peux sortir que grandi de cette aventure. Je suis certain que tu en apprends plus en vivant ce genre de chose qu’à rester dans un bureau ou bien dans une salle de classe.  Si je m’écoutais, je serais déjà partie mais je respecte toujours mes promesses alors je reste ici. Au moins, ça me permet de tout préparer afin d’éviter tous soucis. » Lorsqu’elle lui proposa de partir en vacances avec elle, Cillian ne put qu’ouvrir la bouche, ébahi. Il garde le silence quelques minutes, la regardant en se demandant si elle était sérieuse ou bien si elle avait perdue la raison.

Lui pensait plutôt pour la deuxième idée mais il devait reconnaître que ça le tentait. « Et pourquoi je dirais oui ? On risquerait de s’étrangler au bout de quelques heures.  Mais si je ne te connaissais pas suffisamment, je dirais que tu souhaites passer du temps en ma compagnie. Ce que je peux comprendre bien entendu ! »  dit-il avec un petit sourire en coin. Après tout, il ne risquait rien puis ce serait l’occasion pour lui de se changer les idées. « Et si dans l’hypothèse que je dise oui, ce que je n’ai pas fais, tu aurais une idée de l’endroit où on irait ? » Il s’était sûrement fait grillé mais tant pis, elle se moquerait peut-être de lui mais il était habitué maintenant. « On ne sait jamais ce qui peut arrivé, il y a beaucoup de personnes qui le disaient avant de prendre la grosse tête tu sais.. Ce n’est pas faux, je suis assez exceptionnel dans mon genre ! J’aimerais bien voir ça, nos petits défis étaient assez marrants. » dit-il avec un petit sourire en coin, légèrement amusé par la situation. Il croisa les bras, penchant légèrement sa tête. « Mais bien sûr, je crois que là, tu rêves. Je te ramperais jamais devant toi-même si j’étais payé très cher.. quoi que là tout dépendra de la somme. » Cillian sourit de nouveau, secouant les épaules avant de reprendre la parole. « Peut-être que oui, peut-être que non. » A vrai dire, il n’aurait pas pu répondre à cette question. Il devrait le vérifier lorsqu’il serait seul, et personnellement il espérait qu’il l’ait gardé. Juste pour l’embêter quand il s’ennuierait. Il roula des yeux, marquant une petite pause comme pour y réfléchir. « Alors si c’est le cas, je ne veux pas l’admettre à moi-même non plus. Et toi de ton côté ? On parle souvent de moi, mais toi qu’est ce qu’il en est ? Je suppose que vu que tu es encore là, c’est que tu m’apprécies au moins un peu. Même plus qu’un peu, vu que tu viens de me proposer des vacances en duo.. » Le jeune homme se contenta de la regarder, levant les yeux au ciel lorsqu’elle lui annonça qu’il avait des défauts. « Et tu peux m’en citer quelques uns par exemple ? Parce que moi, j’ai beau chercher, j’en trouve pas et je me connais mieux que toi. » Personne n’était parfait, il le savait. Même s’il ne l’avouerait jamais à la jeune femme, il savait qu’il avait plus de défauts que de qualités. Mais qu’importe, le faire croire aux autres étaient son objectif.

« Haha, j’en ai bien trop dis, tu n’en sauras pas plus. Désolé pour toi, mais tu devras te contenter de ces deux réponses. Je suis certain que tu dois en être fière déjà. » La plupart du temps, après une nuit il faisait son maximum pour éviter l’autre personne afin d’éviter de tomber sur les folles du genre : j’ai passé une nuit avec toi, marions nous et aimons nous pour la vie. Sa mère adoptive l’avait un peu dégouté de tout ça, après tout elle l’avait forcé à regarder ces comédies à l’eau de rose un week-end sur deux. Déjà qu’il ne voulait pas s’attacher mais s’il devait ressembler à un mollusque ne vivant que pour sa copine, ce n’était pas la peine d’y penser. « Je pense ouais, préparons-nous à une tempête de neige parce que c’est assez incroyable ! Je vais devoir m’équiper en vêtement chaud pour ne pas mourir de froid. » Ils en vinrent à parler des anciennes menaces qu’il avait fait. Il secoua les épaules. « Très très bien caché alors ! Puis, mon image en aurait pris un coup, un loser comme moi aurait été obligé d’avouer avoir craqué sur une cheerleader. La honte suprême ! » dit-il clairement amusé. Il y avait pensé mais finalement avait décidé de ne pas le faire. Les raisons étaient encore floues pour lui et à vrai dire, il ne voulait pas y penser. « Ce quelqu’un doit être très intelligent et sage ! » Il lui fit un grand sourire, il ne comptait plus le nombre de fois où il lui avait dis. A croire qu’il radotait un peu, c’était peut-être le cas, sûrement à cause de sa présence. « Je n’avouerais rien si toi, de ton côté, tu ne le fais pas. Tu veux rester dans le flou ? Et bien ça me va parfaitement. » Le jeune homme ne se mordilla la lèvre, amusé par ce qu’elle venait de dire. « C’est certain, mais pas sûr que tu aurais obtenu une réponse de ma part. ou alors une fausse afin de t’ennuyer et te voir galérer un peu.. » Cillian se retint de sourire, buvant une gorgée de son verre. « Très bien, on va dire que je suis dans mon jour de bonté et je t’autorise à passer la soirée en ma compagnie. Profites-en, ce n’est pas tous les jours que je suis aussi gentil. » dit-il en lui faisant un petit clin d’œil.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 


† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mar 29 Juil - 22:16





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


June avait beaucoup plus de chance que lui. Elle n’avait pas réellement de soucis d’argent ou de mal à s’en sortir depuis qu’elle était à NY. Ses parents lui payaient son loyer car ils avaient longuement insistés et elle s’était attelée à se trouver un petit job dans une boutique de fringues afin de satisfaire son égo et garder ainsi, un peu d’indépendance. Mais elle remarquait bien que chaque mois, ses parents ne pouvaient s’empêcher de lui laisser de l’argent de poche, beaucoup d’argent de poche… Sans doute parce qu’elle était enfant unique… ou parce qu’ils le pouvaient. « J’en sais rien, ça aurait été plus sympa peut-être… Non, je ne crois pas qu’on aurait fait le moindre effort pour se connaître mieux, mais au moins on aurait pu éviter ces prises de tête. Ton caractère a changé maintenant ? C’est vrai, c’est encore une différence de plus parmi les très nombreuses et incroyables différences qu’il existe entre-nous. Mais on tombe dedans quand on est petits, on ne choisit pas d’être riche ou pauvre quand on est lycéens. » Elle fronça légèrement les sourcils avant de croiser les bras. « Bien, au moins ça a le mérite d’être clair. De toute façon c’est réciproque. On a bien profité de cette soirée, on avait bu, on s’est amusés et voilà tout. C’était une chouette soirée… J’avais envie de jouer et je suis tombée sur toi. » Elle avait été un peu vexée par le fait qu’il lui dise qu’elle ne lui plaisait plus. Elle aimait plaire, ça c’était indéniable. Et en plus de cela, elle avait eu l’impression depuis le début de leur conversation qu’il la regardait un peu comme ce premier soir. Elle avait probablement rêvé. Enfin soit, il était hors de question de dire quoi que soit à ce sujet. Elle se contenta d’écouter la suite. « Dans ce cas, je te souhaite bonne chance dans ce futur périple. » Elle lui avait soudainement proposé de partir en vacances avec elle. C’était sorti comme ça… il rêvait de partir et n’était jamais parti et elle avait saisi cette opportunité de l’inviter malgré leurs différends. Certes, elle aurait pu demander à sa meilleure amie ou à des copines de l’Actor Studio mais elle aimait le risque et les surprises. Elle observa sa réaction et il avait plutôt l’air ébahi, ce qui l’amusait un peu. Il n’avait pas encore compris qu’elle était une fille surprenante ? Elle leva les yeux au ciel et secoua légèrement la tête avec un air amusé. « Parce que tu serais bête de refuser, parce que beaucoup d’autres garçons aimeraient être à ta place et parce qu’on ne refuse pas une invitation de June Thompson. Si ça ne va pas du tout, on profitera de ces vacances séparément. Je sais que tu aimerais que ce soit le cas, mais n’exagère tout de même pas, Cillian. » Son sourire s’était agrandi lorsqu’il lui posa des questions sur la destination de ces vacances. « Je savais que tu ne pourrais pas résister à cette proposition… Tu as très envie de venir avec moi, c’est normal. Je te propose, si tu le souhaites d’y réfléchir encore, tu choisis la destination qui te plait du moment qu’il y a une plage et je m’occupe du reste. Tentant non ? »

Il continuait alors de la taquiner sur le fait qu’elle prendrait certainement la grosse tête si elle parvenait à devenir une actrice renommée. Tout cela avait le don de la faire sourire. C’était assez amusant ce petit jeu qui se déroulait entre eux. « Ces personnes là étaient sans doute fausses et hypocrites lorsqu’elles l’ont dit. Moi, je ne mens jamais ! » Elle fit mine de s’étouffer en entendant ses paroles et lui adressa un sourire en coin. « Exceptionnel, je n’irais pas jusque là… il ne faut pas abuser non plus. Peut-être que tu auras l’occasion de voir ça… tout dépend de la suite des évènements. Je dois bien avouer que nos défis étaient amusants, tout le monde ne ce serait pas prêté au jeu et tu l’as fait. » Elle se mit ensuite à rire. « C’est beau de rêver… Dommage pour toi si tu ne l’as pas gardé, tu ne sais pas ce que tu perds. Enfin si, tu sais ce que tu perds puisque tu as déjà testé… » Elle lui adressa un petit sourire en coin, histoire de lui rappeler qu’il lui avait avoué qu’il avait apprécié cette nuit avec elle. Puis elle le regarda avec un joli sourire. « En effet, tu ne veux pas te l’admettre à toi-même. C’est triste. D’accord, si mon avis t’intéresse, parlons de moi… J’ai voulu t’éviter lorsque je t’ai aperçu tout à l’heure parce que je n’avais pas envie de recroiser ce gars que j’avais vu au lycée… mais je l’avoue, je t’apprécie un peu. J’aime bien le fait que tu me tiennes tête et ce côté joueur, comme si tu n’avais peur de rien. Je suis un peu comme ça aussi. Mais ne te fais pas trop d’espoir. J’ai dit UN PEU ! Et ce ne sont pas réellement des vacances en tête à tête, ce sont des vacances pour s’amuser. » Elle le regarda en se demandant si elle n’en avait pas trop dit. Elle se demandait aussi s’il allait en profiter pour la taquiner un peu en prétextant qu’elle était sous son charme. C’était un peu le cas en vérité, mais elle se garderait bien de le lui dire. Elle sourit et fit mine de réfléchir lorsqu’il lui demanda de citer quelques défauts. Elle ouvrit alors une main pour faire mine de les énumérer. « Tu es égocentrique, prétentieux, arrogant, énervant, agaçant, exaspérant, trop sûr de toi,… Tu veux que je continue ? Et avant que tu ne le dises, je sais que moi aussi j’ai certains de ces défauts. Mais je les assume. » Elle le regarda et haussa les épaules. Elle ne voulait pas jouer à le vexer alors elle s’était contentée de lui balancer les quelques défauts qu’elle lui avait déjà énoncé lors de leur dispute au lycée.

« Justement, tu en as trop dit, alors ne t’arrête pas en si bon chemin voyons. D’accord je m’en contenterai… Mais tu te contredis, tu sais ça ? Tu me disais tout à l’heure que je ne te plaisais plus et maintenant des choses te plaisent chez moi ? Fais attention, à la fin de cette soirée, tu risques de craquer complètement. » June avait pour principe de ne pas revoir par la suite, les garçons avec qui elle avait passé la nuit… sauf s’il arrivait qu’elle en recroise un en boîte et qu’ils avaient un peu trop bu pour s’en rendre compte. Elle ne voulait pas se sentir enchaînée par un gars. Elle voulait rester indépendante et maître de son corps et de ses décisions. Les sentiments un peu trop guimauve ou fleur bleue, ce n’était pas pour elle. Elle se remit ensuite à sourire. « Sans doute oui ! Et pas sur n’importe quelle cheerleader en plus de cela ! ». Elle devait avouer qu’elle avait été rassurée que l’année scolaire se termine sans problème, sans que Cillian ne mette ses plans à exécution. « Je lui passerai le message si tu veux, même si je ne suis pas particulièrement d’accord avec cette phrase ». Elle lui adressa alors un petit clin d’œil sans vraiment s’en rendre compte sur le moment. Elle leva ensuite les yeux au ciel et se posta alors bien devant lui en le regardant dans les yeux. « D’accord, j’avoue si tu l’avoues aussi. Le gars que j’ai rencontré en boîte m’a un peu manqué… celui du lycée un peu moins, je dois bien l’admettre. Mais comme ils sont une seule et même personne, je dirais que tu m’as manqué juste un tout petit peu. » Elle continuait de le regarder afin qu’il en fasse autant. Mais peut-être qu’il se dégonflerait et se contenterait de s’amuser de sa réponse. Surprise. Elle le regarda ensuite avec un sourire amusé. « C’est ça qui t’amuse ? M’ennuyer et me voir galérer un peu ? Je suis forte aussi à ce jeu-là tu sais ? » June sentait que la soirée et ce petit jeu entre-eux allait bientôt commencer et cela l’amusait beaucoup. Elle se mordilla légèrement la lèvre inférieure, non sans intention. « Ne retourne pas la situation, je sais ce que tu essaies de faire. Tu essaies de faire en sorte que ce soit moi qui te cours après… mais il est hors de question que ça se passe comme ça. » Elle prit à nouveau une gorgée de son verre avant de le poser sur le comptoir et s’approcha de lui, se hissant légèrement sur la pointe des pieds et posant une main sur son épaule pour lui chuchoter quelques mots à l’oreille. « Si tu veux me rejoindre, je serai sur la piste de danse… » Elle afficha son plus beau sourire et laissa volontairement sa main glisser le long de son bras avant de se diriger doucement vers la piste en espérant évidemment qu’il la rejoigne. C’était à double tranchant.









made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Jeu 31 Juil - 17:38
june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Ses débuts à New-York n’étaient pas si idylliques que ça, déjà il avait fallu qu’il trouve un appartement pas trop éloigné du métro afin qu’il puisse se rendre sans problème à l’université et qui était dans ses moyens. Heureusement pour lui, son père adoptif l’avait accompagné et ils avaient dormi à l’hôtel pendant leurs recherches. Puis, ils étaient tous deux tombés sur ce vieux bâtiment. Au départ, Cillian n’était pas du tout emballé par l’idée d’habiter ici, l’extérieur était vraiment moche mais finalement après avoir visité l’appartement – qui deviendrait le sien – il changea d’avis. « Je trouve tout de même que j’ai été bien gentil avec toi, j’aurais très bien pu dévoiler ce qui nous liait en plein couloir après avoir reçu ce soda. Oh, on ne peut pas dire qu’on a eu beaucoup de prises de tête, je t’ai évité après cette fois-là. J’ai même changé de boite de nuit pour ne pas te recroiser. Si ça continue, on va devoir faire une liste pour s’en souvenir. En effet, au moins lorsqu’on est pauvre, on sait la valeur de l’argent et on bosse pour l’avoir. » dit-il en souriant. Les lycéens riches ne pouvaient s’empêcher de se sentir supérieurs aux autres alors qu’ils devaient sûrement remercier papa et maman pour avoir un très bon compte en banque. C’est sûr que Cillian aurait aimé être riche mais le destin en avait choisi autrement, il devait s’y faire. « Au moins, je suis ravi qu’on soit sur la même longueur d’onde ! » Il était soulagé qu’elle n’insiste pas plus que ça, il ne se voyait pas lui dire qu’elle lui plaisait encore après tout ce qui s’était passé entre eux. Cillian aimait bien tout contrôler et il ne pouvait s’empêcher de s’insulter d’idiot. Il devait sûrement être devenu fou de la trouver toujours agréable à regarder ou alors c’était à cause de l’alcool – mais sachant qu’il n’avait encore rien bu si on peut dire – cela ne devait pas être ça, malheureusement pour lui. « Merci, je pense que j’en aurais besoin. Je t’enverrais une carte de là-bas. » dit-il en riant doucement. Déjà tout petit, il parlait de visiter tous les pays qui existaient avec sa mère, c’était leur rêve en quelque sorte.

Cillian savait que s’il ne tenait pas autant à sa famille d’accueil, il serait parti. Il n’y avait qu’eux qui le maintenaient encore sur le sol américain. Qui aurait cru ça ? Sûrement pas lui, il se voyait encore arrivé chez eux, décidé à faire tout son possible pour qu’ils le revoient au foyer. Mas ils avaient tenu le choc malgré tout. « Tu devrais bien savoir que je ne suis pas n’importe quel autre garçon. Et je me demande bien pourquoi ils le voudront, tu es insupportable comme fille. On se verra juste lorsqu’on rentrera à.. on logera où au faîte ? »  Il n’allait sûrement pas refuser une occasion en or de partir en vacances puis ce serait l’occasion de voir autre chose que New-York ou Lima. Peut-être même d’apprendre à connaître vraiment la jeune femme mais ça, il ne le dirait sûrement pas à haute voix. « En même temps, ce n’est pas très dur. Je ne suis jamais parti en vacance alors là c’est un peu un souhait qui se réalise. Je dirais même très tentant, la plage, les filles, la mer, ouais ça peut être pas mal. » Le jeune homme hocha la tête, elle n’avait pas tout à fait tord sur ce point. Puis avec un sourire, prit la parole. «  Mais tu sais, ce sont souvent les filles déjà riches, gâtées par leurs parents qui prennent la grosse tête en premier. Cela ne te correspond pas ? Tout le monde ment, peut-être pas tous les jours, mais tu as du le faire au moins une fois dans ta vie. » Cillian avait légèrement bombé le torse mais soupira en roulant des yeux à sa réponse. «  Pourquoi, il faut toujours que tu me contredises ? Ca t’amuses n’est ce pas ?  Peut-être en effet, mais moi ça m’amuse puis je me suis bien amusé cette nuit là. Bien que j’ai du brisé le cœur à une fille, je ne l’ai jamais rappelé la pauvre.  Mais si c’était à refaire, je n’hésiterais pas. » Cillian s’était plutôt bien amusé avec ces défis, au début il avait été un peu surpris qu’elle lui propose cela. Mais étant joueur, il avait bien entendu accepté. « Je ne pensais pas en avoir besoin, je ne suis pas du genre à garder un numéro dans mon répertoire si la personne en question, et bien je n’ai plus aucun contact avec elle. Cela fait longtemps que j’ai testé, peut-être que ça a changé depuis.. que ce soit en bien ou  en mal d’ailleurs. »  

Bien entendu, il avait conservé son numéro, il n’effaçait jamais son répertoire même si plusieurs fois, il avait essayé de le faire. Mais la flemme avait été beaucoup trop grande. « Et bien, j’aurais du t’enregistrer parce que je suppose que je n’aurais pas souvent l’occasion de t’entendre dire ça. » Même s’il essayait de plaisanter, il ne pouvait s’empêcher de sourire montrant que mine de rien, cela lui faisait plaisir. Cillian se passa une main derrière la nuque, se mordillant la lèvre. « Peut-être que moi aussi, je t’apprécie, mais juste un peu hein et ne te fais pas de film non plus. » finit-il par marmonner plus pour lui-même que pour la jeune femme. Il avait regardé ses chaussures à ces mots, il n’était pas du tout à l’aise avec ce genre de déclaration. Même si ce n’était que de l’amitié en quelque sorte. La plupart du temps, il le faisait en riant mais jamais aussi franchement. C’était un rand pas pour lui. Il croisa les bras, l’écoutant énumérer ses défauts. Il roula exagérément les yeux. « Non, c’est bon, je crois que tu en as assez dis pour l’instant. Je suis content de savoir ce que tu penses réellement de moi voir même flatté. Au moins, tu as le mérite de me les dire et je dois reconnaître que tu n’es pas tout à fait tord sur certains points. On me l’a déjà dis. » Il ne l’avait pas vraiment mal pris sachant  qu’il donnait souvent cette impression là. C’était sa façade, son mur qui repoussait tout le monde. « Je crois que je me contredis souvent lorsqu’il s’agit de toi, tu grilles un peu mon cerveau. » Cillian se mit doucement à rire, se moquant légèrement de lui-même. « Mais pour que j’avoue craquer complètement sur toi, il faudra que tu attendes que j’ai bu beaucoup. Et je ne suis même pas sûr que ça marche, je suis incontrôlable avec l’alcool. » Mais il avait prévu de boire modérément, il devait être capable de rentrer chez lui tout seul. Il n’était plus à Lima après tout.

Avant, il reprenait le volant mais là, soit il devait monter dans un métro et ne pas se tromper d’arrêt ou bien monter dans un taxi. Et il doutait sincèrement qu’un taxi prendrait un garçon complètement saoul. Puis il faudrait qu’il arrive à ouvrir la porte de chez aussi, ce qui n’était pas simple lorsqu’il était sobre. Son appartement se trouvait au dernier étage et avec la chance qu’il avait, la lumière ne marchait que le jour. Il l’avait bien sûr signalé au propriétaire mais celui-ci lui avait affirmait qu’il mentait. « Ah oui et pourquoi tu n’es pas d’accord ? » Cillian pencha la tête, les bras croisés attendant une réponse de sa part. Il sourit à son clin d’œil puis ne put qu’être surpris par ces aveux. Il avait la bouche à moitié ouverte, sur ce coup-là, elle l’avait scié. « Waw, je.. je ne m’attendais pas du tout ça tu vois ? Bravo, tu as réussi à me surprendre. Je suppose que c’est à mon tour d’être honnête avec toi du coup… June m’a manqué un peu, celle avec qui je faisais des défis parce que c’est la seule qui arrive à me surprendre. » Il ne s’était pas dégonflé même si une part de lui, lui avait dit de prendre ça avec humour et de se moquer d’elle. « Et c’est pour ça que j’aime ce jeu. Je sais que tu ne te laisseras pas faire, du coup la victoire sera encore plus appréciable. » Il ne put s’empêcher de rire, elle avait parfaitement lu en lui. Il secoua la tête avant de la regarder la boire son verre. Cillian la laissa approcher de lui, attendant la suite des événements avec impatience. Finalement, il avait peut-être bien fais de se rendre dans cette boite de nuit. Le jeune homme se contenta de la fixer, presque intensément avant de la voir s’éloigner de lui. Il se mordilla la lèvre en pleine réflexion, commandant rapidement un autre verre. Bien entendu, il avait déjà sa réponse mais il ne voulait pas non plus la rejoindre trop vite. Le serveur apporta rapidement son verre et le but en vitesse. Puis le déposa sur le comptoir et se dirigea vers l’endroit où devait se trouver normalement June.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 


† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mer 6 Aoû - 22:19





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


Pour ce qui était de l’appartement, ce serait mentir de dire que June avait eu du mal à en trouver un qui lui convenait. Sa mère l’avait accompagnée pour les visites et elle voulait ce qu’il y avait de mieux pour sa fille. L’appart, situé dans un immeuble bâtit il y a quelques années à peine et à l’apparence très nette et moderne, n’était pas bien grand, mais il était parfaitement équipé et décoré. June ne manquait absolument de rien… c’est un peu ça, être une gosse de riches. « Je ne t’ai jamais empêché de le dévoiler, tu n’avais qu’à le faire si tu le souhaitais… mais merci… Je ne suis plus jamais retournée dans cette boîte de nuit après notre discussion, je n’avais pas envie de prendre le risque de te croiser. » Elle soupira et leva ensuite les yeux au ciel. « Arrête ça… Je connais la valeur de l’argent et je bosse moi aussi. J’ai toujours eu la vie facile, c’est vrai. Mes parents m’ont toujours donné plus que ce qu’il ne me fallait et tout ce que je voulais. Mais finalement, ils n’ont jamais été très présents. Je ne tiens pas à devenir comme eux… ». Elle était certes, reconnaissante envers ses parents, mais elle espérait pouvoir gérer tout cela seule très rapidement. Elle voulait montrer qu’elle pouvait gérer et prendre ses décisions seules comme elle l’avait toujours fait finalement. Le seul moment où June les avait senti plus présents, voir oppressants, c’était lorsqu’elle avait du choisir sa voie pour ses études. Autant dire qu’ils n’avaient pas été ravis de ses choix d’avenir.
Elle n’avait rien trouvé à répondre à sa remarque disant qu’ils étaient sur la même longueur d’onde car en vérité, ce n’était pas le cas. Elle n’était pas d’accord avec cela. Elle avait bien remarqué que malgré ses gros défauts et malgré tout ce qu’il s’était passé, il lui plaisait beaucoup. Elle essayait évidemment tant bien que mal d’éviter de lui montrer réellement ce qu’elle pensait de lui, il en profiterait probablement pour se moquer un peu d’elle et elle n’aimait pas du tout cette idée. « Il y a intérêt, oui, à ce que tu m’en envoies une » dit-elle avec un sourire amusé. C’était impossible de ne pas remarquer qu’il semblait complètement ébloui et fasciné lorsqu’il évoquait le fait de faire des voyages. Elle avait cette impression que petit à petit, elle découvrait qui était le vrai Cillian.

« Et qu’est-ce que tu as de plus que ces autres garçons ? Je ne suis pas du tout insupportable, tu es le seul gars à penser ça parce que tu es têtu comme une mule. On logera à l’hôtel, où tu veux qu’on aille ? Je crois que je vais me débrouiller pour trouver une sorte de suite où il y a deux chambres. » Ce serait mentir de dire qu’elle tenait vraiment à ce qu’ils fassent chambre à part. Mais il valait mieux être prévoyant au cas où ça se passerait mal entre eux. Elle espérait qu’ils apprendraient à mieux se connaître et qu’ils partageraient de bons moments durant ses vacances… et plus si affinités comme on dit. Elle était très satisfaite intérieurement de constater qu’il allait accepter son offre, elle avait des idées merveilleuses parfois. « Alors ne te pose pas de questions et viens avec moi en vacances. Ca pourrait être sympa, j’en suis certaine et puis comme tu l’as dit, si je suis trop chiante, il y aura des tas d’autres filles ! » Elle haussa les épaules, un peu comme si elle se résignait laisser d’autres filles s’approcher de lui mais cela uniquement dans le cas où ce serait plus que compliqué. Elle leva les yeux au ciel en soupirant. « Arrête ça, Cillian… stop ! Oui je suis riche et gâtée mais je ne suis pas une idiote ! Peut-être que j’ai déjà menti… ou pas, peu importe finalement. » Elle ne pu s’empêcher de retrouver son sourire amusé en le voyant rouler des yeux. C’était plutôt rigolo à voir. « En effet, j’aime beaucoup te contredire. Mais en même temps si je le fais c’est qu’il y a une raison et que j’ai raison ! Cette fille n’était pas très futée, tu l’avais dit toi-même. Je crois que tu n’as pas loupé grand-chose avec elle. C’est tout pareil pour moi. Je ne regrette pas cette soirée remplie de défis. Je referais tout cela sans hésiter. » En le bousculant sur la piste, elle n’aurait jamais pensé avoir croisé la route d’un gars qui était son équivalent masculin parfait. Ils s’étaient tellement bien amusés durant cette soirée, qu’ils étaient allés se prendre une chambre d’hôtel, histoire de profiter jusqu’au bout de la nuit. « Tu aurais du le garder. Je ne donne pas mon numéro si facilement d’habitude, tu sais. Cela fait longtemps que tu as testé certes, mais plus le temps passe et plus on acquiert de l’expérience non ? Et il me semble que tu avais plutôt apprécié cette nuit…» Elle continua de sourire et se mit à hocher doucement la tête. « En effet, ce n’est pas le genre de chose que je risque de te répéter souvent. J’aurais peur que tu t’y habitues. » Son sourire ne pu que s’agrandir encore un peu en voyant celui de Cillian. Et contre toute attente, elle s’était mise à jouer nerveusement avec ses mains alors que cela n’était pas du tout son genre. Elle se mit à rire légèrement en l’écoutant avouer qu’il l’appréciait. « Je suis contente de savoir que tu m’apprécies un peu. » Elle lui adressa son plus joli sourire parce qu’à vrai dire, il était impossible pour elle de cacher le fait qu’elle était ravie qu’il admette enfin que malgré tout ce qu’il s’était passé entre eux depuis le lycée, il l’aimait tout de même bien. En général, les garçons se contentaient juste de parler de son physique en lui disant qu’elle était belle ou bien faite. Lui était, encore une fois, différent des autres. Alors qu’elle venait d’énumérer ses défauts comme il l’avait demandé, elle se contenta de le regarder en croisant les bras. « Au moins, tu sais que je suis honnête avec toi… Tout cela, ce sont tous les traits de caractère que tu m’as le plus montré. Mais je suis certaine qu’il n’y a pas que des défauts chez toi. » Elle pouvait le voir dans certains de ses agissements mais également dans les paroles qu’il énonçait. June ne parvint pas à s’empêcher de rire lorsqu’il lui fit cette petite remarque. « Oh je te perturbe… excuse-moi. Si ça peut te consoler, j’aime bien quand tu te contredis… parce que ce qui semblait négatif, devient positif. » Elle sourit amusée avant d’écouter la suite. « Peut-être que tu ne craques pas encore complètement mais que tu craques assez bien sur moi et que tu aimerais bien craquer complètement. Je vais devoir te faire boire dans ce cas… » Elle croisa rapidement son regard et se mit à sourire à nouveau. Elle tenait réellement à le faire craquer… quitte à devoir le ramener chez lui ou chez elle ensuite s’il le fallait.

« Je ne suis pas d’accord parce que parfois quand on dit jamais, c’est réellement jamais et ça ne change pas. » Elle l’avait observé entrain d’attendre sa réponse et elle avait trouvé cela plutôt mignon qu’il penche la tête comme s’il allait aborder le plus grand des sujets philosophiques. Puis vint l’heure des aveux, si elle désirait elle aussi avoir des réponses à ses questions. Ce n’était pas du tout son genre de faire ce type de révélation, mais elle avait été plutôt satisfaite de la tête qu’il faisait à cet instant. Il semblait très surpris mais est-ce qu’il était content ? Apparemment c’était le cas. Et June, bien que très forte et sereine en temps normal, était un peu gênée, là, de suite. Elle leva ensuite les yeux pour le regarder. « C’est vrai ? Je ne m’attendais pas non plus à te dire ce genre de choses. Mais je dois être sincère si je veux savoir ce qu’il en est de ton côté. Je t’avais dit lors de notre rencontre que j’étais surprenante… » Elle retint un instant sa respiration alors qu’il allait lui aussi se lancer dans de drôles d’aveux. Elle ne le quittait pas du regard et lorsqu’elle l’entendit dire qu’elle lui manquait, elle s’était sentie soulagée et agréablement surprise. Tellement qu’elle avait un peu rougi. « C’est réciproque…Je suis vraiment la seule qui arrive à te surprendre ? Tu me trouves différente des autres filles ? En bien ? » Elle voulait toujours en savoir plus. Mais il fallait avouer que là ça commençait à devenir très intéressant. « Tu as raison, cette victoire sera très appréciable puisqu’elle sera mienne. » Elle se mit à rire doucement avant de le surprendre sans doute à nouveau. Elle s’était lancée la première dans les aveux. Maintenant elle voulait qu’il vienne à elle. June avait planté son regard dans le sien et avait usé de ses talents de charmeuse pour le tenter du mieux qu’elle pouvait. Alors qu’elle avait rejoint la piste de danse et qu’elle dansait au rythme de la musique depuis quelques minutes, elle aperçu enfin la silhouette de Cillian qui se dirigeait vers elle. Son sourire s’agrandit et elle tendit la main pour la glisser dans la sienne et l’attirer doucement contre elle. « Tu es décidé à me courir après ? » Elle rit doucement avant de commencer à danser tout contre lui et de rapprocher sa bouche de son oreille. « Je suis contente que tu m’aies rejointe ici… » Elle continua alors de se déhancher au rythme de la musique en se demandant s’ils allaient jouer et se défier ce soir.










made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Sam 9 Aoû - 13:51
june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
Son appartement n’était pas vraiment ce qu’on pouvait appeler de très tendance. Il n’avait même pas une table ni de chaise chez lui, il mangeait soit directement au petit comptoir de sa cuisine ou bien sur la table de salon. De toute façon, il ne recevait presque personne ici. Sa famille adoptive venait tout de même le voir mais c’était très rare et heureusement pour lui, ils venaient séparément. Ce serait difficile de loger une grande famille dans un appartement ayant seulement une chambre.  Mais cela lui convenait pour le moment et sa décoration était assez spéciale. On pouvait y trouver de nombreuses photos ou même de dessins. C’était un bon moyen de ne pas penser au silence qui régnait ici. « Tu n’as pas à me remercier, je l’aurais sans doute fait si cela était arrivé avant, à notre deuxième année ou à la rentré. On était trop près de la fin pour que cela intéresse quelqu’un de toute manière. Puis, j’avais mes examens à réviser alors je n’avais pas vraiment la tête à penser à ma petite vengeance. Avec la chance qu’on avait, on se serait croisé dans une autre alors que la seule chose qu’on voulait, c’était de s’éviter. » dit-il en secouant les épaules. Et dire que cela aurait pu arriver, s’il l’avait aperçu dans la boite, il serait sûrement sorti avant d’éviter de lui parler ou même de croiser son regard. « Ah oui et tu bosses dans quoi, si ce n’est pas trop indiscret ? C’est ça avec les riches, ils pensent pouvoir compenser leur absence par l’argent mais tu as de la chance, tu as toujours tes parents… J’imagine que tu dois avoir un bel appartement, peut-être même une voiture flambante neuve ? Même si à New-York, c’est vraiment la galère pour conduire. » Il ne se déplaçait qu’en métro, c’était d’ailleurs pour cette raison qu’il avait choisi un appartement aussi proche. Cela lui évitait de prendre le taxi ou de marcher pendant des heures avant d’atteindre un endroit plus fréquenté. C’était son logement d’infortune jusqu’à ce qu’il en ait marre et qu’il plaque tout. Peut-être que ça arriverait plus vite que prévu. cillian n’était pas fait pour étudier, parce que franchement es ce qu’on apprenait faire de la musique en restant assis sur une chaise ? Non loin de là, il avait appris depuis son plus jeune âge à jouer divers instruments et écouter les professeurs blablater sur le sujet, n’était guère intéressant pour lui.  « Sinon quoi ? Tu me trouveras et me feras la peau ? » dit-il avec un sourire amusé avant de secouer les épaules.

« Mais pour ça, il faudrait que j’ai ton adresse, parce que je ne suis pas sûr que si je mets seulement June Thompson et New-York, tu ne la recevras jamais. » Il ne savait pas où il aurait en premier, peut-être en Europe ou bien en Afrique, il l’ignorait. Il savait que cela ne serait pas si simple de tout quitter mais après tout, il n’avait pas vraiment d’entourage proche autre que sa famille d’accueil. Un coup de téléphone et ça ira, même s’il doutait que dans certains endroits d’Afrique, il puisse y avoir du réseau. « Je sais pas, la beauté ? L’intelligence ? La répartie ? Je pourrais t’en citer d’autres mais je pense que c’est les trois essentiels. Bon, d’accord je reconnais que je peux être une vraie tête de mule quand je le veux, mais ça n’empêche pas que tu es insupportable quand tu t’y mets. C’est vrai que je te voyais mal dormir dans une tente, tu dois être le genre de filles à crier au moindre bruit. Très peu pour moi, je tiens à dormir tout de même. Oh je suis sûr qu’aux Bahamas, tu peux trouver facilement deux chambres, si elles sont éloignées, c’est encore mieux non ? » Il mentait bien entendu, après tout s’ils devaient passés des vacances ensemble autant qu’ils soient dans une chambre proche. Au moins, ils pourraient discuter et qui sait, peut-être arrêter de se chercher constamment. « Mais je suis sûr que tu feras exprès de louer une chambre avec seulement un grand lit, pour profiter de moi. » dit-il avec un grand sourire. Même s’il devait reconnaître que cette idée était alléchante puis on ne sait jamais ce qui pouvait se passer là-bas, l’avenir nous le dira comme on dit. « Arrête, je vais finir par croire que tu serais prête à me supplier pour aller en vacances avec toi. Et cette idée est plutôt pas mal à imaginer, je dois le reconnaître. Mais ouais, ça pourrait être sympa, au moins ça me donnerait un avant goût de voyage. Puis s’il y a des filles sexy là-bas, ça changerait pas mal de celles de New-York.. » Il sourit même s’il était sûr qu’il ne jouerait pas au dragueur là-bas. Peut-être qu’en temps  normal, s’il avait été amené avoir une fille qui était à son goût, il aurait été la voir. Mais s’il partait avec elle, ce serait une autre affaire, il serait plus intéressé par une autre jeune femme et cela avait le don de l’agacer à moitié.

Mais ne voulant pas qu’elle le sache, il continuait de jouer son rôle. « Je n’ai jamais dis que tu étais une idiote June… Oh je suis sûr que tu as déjà menti. La preuve, je sais que te me mens lorsque tu dis ne pas être intéressé par moi. » dit-il avec un sourire un brin moqueur. C’était juste pour la taquiner parce qu’il ne savait pas vraiment quoi penser de la jeune femme. «  Je pense plutôt que tu prends un malin plaisir à me contredire dans n’importe quelle circonstance. Fais attention, parce que je pourrais très bien te lancer de nouveaux défis en vacances. » Mine de rien, cette idée lui plaisait plutôt pas mal. Puis lorsqu’ils se lançaient des défis, ils s’entendaient bien même si cette conversation prouvait qu’ils pouvaient être « civilisés » entre eux. « Pourtant, à moi, tu me l’as donné assez facilement, alors qui sait, peut-être que j’aurais une deuxième chance de l’obtenir de nouveau ? Mais pour te croire, il faudrait que je teste une nouvelle fois afin d’en juger. » dit-il avec un petit sourire amusé. « Dommage vraiment, parce que c’est vraiment chouette à entendre. Tu as bien raison, je pourrais très vite m’y habituer. » Cillian n’était pas du genre à avouer aussi facilement apprécier quelqu’un. Parce qu’il ne le voulait pas, cela finissait toujours par nous détruire. Il s’était attaché et il avait fini par souffrir alors le jeune homme se renfermait. C’était beaucoup mieux pour mais il ne put retenir un petit sourire à sa réponse. « Je ne suis pas un monstre June, je ne peux pas non plus le nier. Ce ne serait pas correct alors que tu as été franche avec toi. Je me serais peut-être moqué de toi en temps normal mais on va dire que ce soir, c’est l’exception. » Il sourit légèrement même si celui-ci s’agrandit légèrement en voyant le sien. Peut-être que finalement, c’était une bonne chose de lui avoir avoué, peut-être qu’ils partiraient sur de nouvelles bases pensa t-il. Mais cela faisait beaucoup d’incertitude. « Sans doute, je crois que même moi, j’ai du mal à voir mes propres qualités mais qui sait, peut-être qu’un jour, tu les verras. » Il ne se dévoilait pas aussi facilement, il y avait toujours un mur qui l’empêchait de le faire. « Moi, je n’aime pas du tout ça, si ça continue je vais arrêter de parler comme ça, je ne me contredirais plus. » Il se pinça les lèvres mais il était incapable de parler.

En réalité, c’était un grand bavard et même si c’était vraiment étrange de l’avouer, il parlait régulièrement tout seul. Dans son appartement bien sûr, pas dehors, les gens le prendraient surement pour un fou. « Tu n’y arriveras pas, je vais surveiller maintenant tout ce que je bois. » dit-il avec un sourire. Il ne voulait pas craquer complètement parce que cela compliquerait encore plus les choses. C’est sûr que ce serait facile pour lui, il lui suffisait juste de boire et de se laisser emporter. Mais il ne pouvait pas se le permettre mais si la tentation était bien trop grande pour qu’il puisse l’ignorer. « Mais pourquoi tu tiens à ce que je craque complètement ? Quelque chose à m’avouer ? » Il croisa son regard et un petit sourire en coin apparut sur ses lèvres. « Bizarrement, je pense que le jamais entre nous ne marche pas. » Après tout, il s’était dit que jamais plus il ne la croiserait ni lui parlerait. Et qu’est ce qu’il était entrain de faire aujourd’hui ? Exactement, le contraire de ce qu’il s’était promis alors, il avait du mal à y croire. Et encore moins d’avouer ce genre de chose, ce n’était pas son genre. « Là tu es pire que surprenante mais cela ne me dérange pas. J’en apprends un peu plus sur toi grâce à ça et ça me plait bizarrement. » La fin de sa phrase, il l’avait comme murmuré pour lui-même, il n’était pas certain qu’elle puisse l’avoir attendu. Il avait mis ses mains les poches afin d’éviter qu’elle voit qu’elles commençaient à s’agiter. Ce sujet était assez sensible pour lui, il était rare qu’il admettre aussi facilement ce qu’il pouvait ressentir. Il ne put laisser échapper un petit rire face à ces questions. « Doucement avec les questions, mais je te dirais oui aux trois. Tu es différente des autres et en bien naturellement, sinon je ne serais pas là. » Il lui fit un petit sourire gêné, il avait tenté de rouler des yeux mais il n’y était pas parvenu. « Alors là, rêve, JE vais gagner. » Il se mit à rire puis il la suivit du regard. Peu de temps après, il la retrouva sur la piste de danse posant son autre main sur sa taille. « Il semblerait oui.. » Il n’allait pas l’admettre même si son sourire prouvait que c’était le cas. Puis Cillian commença à danser également. Il se mordilla la lèvre puis en la regardant. « Moi, je suis content de t’avoir croisé aujourd’hui.. » Qui a dit qu’il ne pouvait pas être surprenant lui aussi ?


© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 


† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Jeu 14 Aoû - 21:48





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


« Si… tu aurais tout de même pu me faire vivre un véritable enfer tous les jours et tu ne l’as pas fait. En effet, je ne suis plus vraiment sortie à Lima après ça… C’est une petite ville, j’aurais pu te croiser n’importe où. » dit-elle en haussant les épaules. Elle était parvenue à éviter sa présence dans une ville minuscule telle que Lima… et contre toute attente, elle avait croisé sa route à New-York, ce qui aurait semblé, aux yeux de tous, complètement impossible ! Si elle avait souhaité l’éviter de toute ses forces en l’apercevant dans cette boîte de nuit, elle était à présent plus que ravie de l’avoir retrouvé ici. Mais elle se garderait bien de le lui dire. « Je bosse dans un petit magasin de fringues. Tu vas sans doute trouver que c’est un gros cliché ou que ce n’est pas un boulot génial. Mais je me débrouille plutôt bien dans ce domaine. La mode c’était ma seconde option… j’aime ça et ça me plait de conseiller des filles qui s’y connaissent un peu moins. Et toi ? Tu bosses où ? Sans doute oui… Ils étaient très occupés par leur travail, ils ne pouvaient pas être partout en même temps. Cillian… Et toi tu as une famille adoptive plutôt sympa non ? C’est pas ce qui compte ? » Elle s’était un peu énervée sur le coup et avait longuement soupiré avant de reprendre. « Oui j’ai un bel appartement. Il est bien meublé et décoré comme j’aime. Et non, je n’ai pas de voiture ici. En général, je me déplace en taxi ou en métro. » Cela l’agaçait un peu qu’il ne cesse de remettre sur le plateau le fait qu’elle était une gosse de riche. C’est vrai, elle l’était. Est-ce que cela faisait d’elle une fille capricieuse, prétentieuse ou dépensière ? Elle espérait que non. Elle ne voulait pas représenter ce parfait cliché auquel Cillian faisait sans cesse allusion. Depuis qu’elle vivait à New-York, elle s’était beaucoup déplacée en métro. Elle ne prenait un taxi qu’après une soirée bien arrosée, tout simplement parce qu’elle n’était pas certaine s’être capable de reprendre le bon métro… Elle se demandait s’il était réellement capable de tout plaquer comme cela pour partir et s’il le ferait bientôt. Bien que tout ne soit pas rose entre eux, elle espérait que non. Cela lui ferait bizarre de le savoir loin… bien qu’elle ne le saurait probablement pas car il serait très curieux qu’il la prévienne. A moins qu’il lui envoie une carte comme il l’avait dit. Elle haussa alors les épaules avec un sourire amusé. « Peut-être bien… Qui sait ? » Elle se mit à rire doucement avant de le regarder. « Tu es certain que ce n’est pas un moyen détourné pour avoir mon adresse ? Je te la donnerai plus tard, dans un endroit plus adapté, si on en a l’occasion. »

Pendant qu’il énonçait la liste des trucs en plus qu’il estimait avoir par rapport aux autres hommes de cette planète, elle ne pu s’empêcher de le regarder avec un sourcil levé, un peu dubitative. Ce qu’il pouvait être prétentieux quand il s’y mettait. Son deuxième prénom devait sans doute être « modestie ». « Hé ben dis donc… niveau prétention, je crois que tu dois me surpasser en tout point. Certes, je dois bien avouer que tu as beaucoup de répartie et j’admire vraiment ça chez toi. Ca me plait d’avoir un adversaire à ma taille. Mais pour ce qui est de la beauté et de l’intelligence ça reste difficile à dire… En effet, tu es le mec le plus têtu que je connaisse. Je ne suis pas du tout insupportable… si c’était le cas, tu ne serais plus là. » Elle roula ensuite des yeux avant de le regarder en croisant les bras. « J’ai déjà fait du camping… Je n’en donne peut-être pas l’impression, mais je me débrouille. Comme si j’allais t’empêcher de dormir… n’importe quoi. D’accord, je nous trouverai ça… on verra lequel de nous deux craquera en premier… même si on sait déjà que ce sera forcément toi ! » Le regard qu’elle lui avait adressé à cet instant précis voulait dire qu’elle était prête à relever le défi et que tous les coups seraient permis pour le faire craquer. Elle devait néanmoins avouer qu’elle avait très envie de passer ces vacances en sa compagnie et qu’elle espérait qu’ils ne passeraient pas ces quelques jours aux Bahamas totalement séparés. Elle avait réellement envie d’apprendre à le connaître. Elle était persuadée qu’il y avait beaucoup plus de choses à savoir de lui que ce qu’il se contentait de lui montrer. Elle posa un regard amusé sur lui avant de répondre ironiquement à sa remarque. « Evidemment ! Il était temps que tu te rendes compte que ces vacances étaient juste un prétexte pour te sauter dessus et profiter de toi. Au moins, je ne devrai pas perdre mon temps à te le faire comprendre puisque tu l’as déjà deviné. Quel homme tu es ! » Elle n’avait pas pu retenir son sérieux et s’était mise à rire à la fin de sa réponse. Ce qu’elle avait dit était à moitié vrai finalement. S’il désirait la rejoindre, il était évident que sa réponse ne serait pas négative. « Dans tes rêves Snow ! Jamais de la vie, je te supplierais ! Je ne te force pas à venir, tu es assez grand pour prendre cette décision et apparemment totalement consentant que je sache. » Elle avait volontairement évité le sujet « filles sexy » en se contentant de soupirer et de lever les yeux au ciel comme si elle était profondément exaspérée par cet énergumène. Elle ne s’était prêtée à aucun commentaire mais elle espérait que s’ils partaient là-bas tous les deux, il n’aurait d’yeux que pour elle et qu’il ne lui fausserait pas compagnie. Elle, en tout cas, n’avait pas envie d’aller voir ces autres gars qui traîneraient sur la plage en lui déclinant tous leurs airs de beaux gosses.

Elle avait presque eu envie de faire la moue un instant, mais elle fut très vite rattrapée par un éclat de rire à sa remarque. « Pardon ? J’y crois pas… Mais tu fais la même chose non ? Toi aussi tu mens en prétendant que je ne te plais pas. Je sais que tu luttes pour me résister, tu craques pour moi au fond, mais tu as encore un peu de mal à te l’avouer. » En essayant de retourner la situation, elle n’avait donc pas démenti et n’avait pas menti non plus pour la peine. « Je dois bien avouer que j’adore te contredire. Ca m’amuse beaucoup. Mais en même temps, tu le cherches un peu. Ce n’est pas de ma faute si tu as très souvent tort. Dans ce cas, j’attends de voir ça avec impatience… » Elle lui adressa un petit sourire en coin. Cette idée lui plaisait beaucoup. Finalement les moments où ils se lançaient des défis avaient été quelques-uns des meilleurs moments qu’ils avaient passés ensemble. Et puis c’était assez excitant ce petit jeu. « C’est vrai, je l’admets, je te l’ai donné très facilement. Sans doute parce que tu étais différent des autres ce soir-là. Il va falloir être convaincant pour l’avoir de nouveau. Et… c’est bien essayé, mais tu ne profiteras pas de moi aussi facilement Snow ! » Elle rit doucement tout en secouant la tête. Il ne perdait pas le nord lui. Cela lui avait fait extrêmement plaisir de l’entendre dire qu’il l’appréciait. Un sourire était apparu sur son visage et il ne la quittait plus depuis cette annonce. Elle n’aimait pas beaucoup les grandes preuves d’affections, elle n’aimait pas non plus dévoiler ses sentiments… mais là il était plutôt difficile de cacher ce sourire. « Je sais, je n’ai jamais dit que tu étais un monstre. En vérité, je crois que tu n’es pas toujours celui que tu montres à tout le monde. Mais je ne te connais pas suffisamment pour réellement le savoir. En tout cas, c’est gentil d’avoir respecté ta part du marché. » Elle continuait de sourire et de le regarder, sans vraiment perdre une miette du spectacle. Contrairement à la dernière fois qu’ils s’étaient vus, elle n’avait pas envie que ce moment s’arrête. « Peut-être oui, qui sait ? Tout le monde a des qualités, c’est impossible de n’avoir que des défauts.» Elle se contenta d’hausser les épaules avant d’écouter la suite qui la fit un peu rire.

« Bien sûr que si j’y arriverai. Il y aura bien un moment où ton attention sera détournée et tu boiras sans même t’en rendre compte… pour mon plus grand plaisir évidemment. » Elle lui sourit avant de se mordiller légèrement la lèvre sans même s’en rendre compte. Elle ne voulait pas craquer la première… les histoires de couple ce n’était pas son truc, ni même les relations plus sérieuses. Elle avait peur de connaître une déception monumentale, de ne pas être comme ses amies… de ne pas entrer dans le moule. Elle posa son regard dans le sien et sourit tout en haussant les épaules. « Je ne sais pas… peut-être que je fais ça pour que tu te libères d’un poids ? » Elle se mit à rire doucement et secoua la tête. « Je n’ai rien à t’avouer… désolée. ». Elle remarqua alors son petit sourire en coin et le lui rendit à son tour. « Le jamais, ce n’est pas vraiment notre truc. A chaque fois qu’on essaie, ça ne marche pas… » Elle s’était dit que plus jamais elle ne voulait le revoir, que plus jamais elle perdrait son temps avec lui. Pourtant ce soir, toutes ces paroles étaient remises en doute et cela l’agaçait un peu. En fait, il la faisait beaucoup rire et sourire. Contrairement à ce qu’elle aurait pu penser, il y a encore quelques minutes, il lui faisait passer une très bonne soirée. Certaines personnes diraient que c’est le destin qui les a réunis ce soir, et elle commençait tout doucement à y croire. « Je suis contente de savoir que je te surprend toujours depuis notre rencontre. Oh… et qu’est-ce que tu as appris de plus sur moi ? Il y a d’autres choses que tu voudrais savoir ? » Elle n’avait pas entendu la fin de sa phrase, mais elle était déjà aux anges pour ainsi dire. Et puis son côté curieux avait repris le dessus et elle était bien trop occupée à penser à toutes les questions qu’elle aurait pu lui poser. Elle laissa échapper un petit rire. « Désolée, je me suis un peu emportée sur les questions. Je… Tu es plutôt surprenant toi aussi. J’aime beaucoup ça. » Elle lui sourit et détourna un instant le regard. La jolie brune était un peu gênée pour le regarder immédiatement dans les yeux. « Jamais de la vie ! Tu ne peux pas gagner contre moi. » Elle lui sourit avant de s’éclipser sur la piste de danse, où il la retrouva quelques minutes plus tard. Elle le laissa poser une main sur sa taille après l’avoir attiré tout contre elle. Elle se mordilla doucement la lèvre et sourit en écoutant ses paroles. « Il semblerait que j’ai un très gros pouvoir attractif sur toi. » Son sourire s’agrandit et elle passa ses bras autour de son cou afin de cacher un instant son air satisfait. June dansait doucement contre lui avant de le regarder lorsqu’il lui dit quelques mots. Elle n’avait pas réussi à s’empêcher de rougir pour le coup. Elle était tellement surprise par ce qu’il venait de lui dévoiler qu’elle en avait presque perdu tous ses mots. Elle sourit et tenta de relever le regard vers le sien. « Vous êtes plus que surprenant, monsieur Snow. Je n’aurais jamais pu imaginer que tu me dirais ce genre de chose un jour… » Elle lui sourit sincèrement. « Je dois bien avouer que c’est réciproque. J’avais beaucoup d’appréhension en te voyant tout à l’heure alors que finalement cette soirée a réellement commencé à partir du moment où je suis tombée sur toi. Et là je ferais mieux de me taire…» Elle se mit à rire un peu nerveusement tout en continuant de danser avec lui. « Est-ce que ça fait partie du jeu qu’on joue depuis le début toutes ces belles paroles ? »



made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Sam 16 Aoû - 14:23
june & cillian ✻ the memory is the invisible presence.
« Je ne suis pas quelqu’un de méchant et même si je me serais fais une joie de te faire regretter ces derniers mois, cela ne m’aurait pas fait sentir mieux sachant qu’après, je ne te voyais plus. Puis, j’ai eu pas mal d’autres problèmes autres temps alors désolé de te dire que June Thompson est passé en arrière plan. Cela aurait été ironique de se croiser à la boulangerie ou n’importe quel autre endroit invraisemblable. » Cillian ne sortait presque plus après cette fameuse nuit, il se rendait parfois dans des boites de nuit mais il avait passé plus de temps dans sa chambre ou bien chez une amie. On ne cessait de lui demander ce qu’il projetait de faire après son diplôme. Déjà, dans sa tête, il se disait qu’il n’allait pas l’avoir. Il n’était pas un mauvais élève, écoutant parfois les cours, même s’il dormait plus souvent sur le bureau qu’autre chose. Il avait toujours eu des notes correctes et lorsqu’il avait reçu sa lettre d’admission à Juillard, il n’y avait pas cru. « Si ça te plait, c’est le principal. Je ne vais pas me moquer de toi pour cet emploi, sachant qu’à une époque, j’étais souvent dans les magasins à la recherche d’accessoires. Je plaide coupable, je suis un accro aux bracelets. Je fais le métier le plus banal du monde, je travaille dans un bar, je suis serveur. Ce n’est pas vraiment le top mais au moins, ça m’aide à financer un peu tout. En attendant que je trouve mieux parce que je ne me vois pas continuer ça bien longtemps, à la rentrée, j’essayerai de trouver autre chose. Le patron est une vraie plaie. Peut-être mais ce n’est pas une raison pour ne pas penser à leur fille. J’ai pas mal voyagé avant de trouver celle-ci et ils ont réussi à m’accepter tel que je suis. Même si je leur faisais la misère et que je leur piquais la voiture le soir pour sortir. Sûrement oui mais parfois, c’est juste douloureux de réaliser que c’est devenu ta famille alors que tu en avais une avant. » Il la regarda en secouant les épaules Lorsqu’on parlait de ses vrais parents, Cillian se braquait légèrement d’une parce qu’il n’aimait pas parler de sa mère comme ça, il avait passé des heures à fixer un psychologue. Celui-ci cherchait à tout prix à savoir quelles répercutions, sa mort avait eu sur son mentale. Et son père, c’était à peu près la même chose sauf que là il utilisait légèrement l’agressif. Il ne le connaissait pas et il n’allait sans doute jamais le connaître. Il avait quitté sa mère dès qu’elle fut enceinte pour ne jamais revenir. Il aurait très bien pu lire sa mort dans les journaux et voir s’il pouvait prendre son fils, mais non. « Et bien, c’est étonnant. Je ne m’attendais pas du tout à ça de ta part. Mais bon, peut-être que New-York peut changer une personne. Et tu n’as pas peur de te faire attaquer dans les métros, sauf si tu as un garde du corps avec toi ? » dit-il légèrement amusé. Il avait voulu détendre l’atmosphère, il avait très bien vu qu’elle s’était énervé et c’était un peu compréhensible. Mais c’était sa façon d’agir, il ne pouvait s’empêcher de lancer des piques. Un moyen pour faire reculer pas mal de personnes. Cela marchait parfois mais bizarrement, il espérait que cette fois-ci, cela ne soit pas le cas. « Je suis prêt à relever le défi puis cela te donnera une bonne excuse pour pouvoir visiter le monde également ! »

Cillian sourit doucement, peut-être qu’il le ferait. Après qu’est ce qu’il risquait à envoyer une carte ? Puis avec sa flemme légendaire, il serait bien capable d’envoyer une carte sans écriture. Il n’était pas doué avec les mots. « Peut-être qui sait… Mais ça tu vois, tu ne le sauras pas avant de m’avoir donné ton adresse. C’est sûr que ce n’est pas en boite de nuit que tu peux me le donner sur un bout de papier, d’une parce que je perds tout et que forcément quelqu’un le récupérait. Tu aurais sûrement de la visite. Ou alors si tu me le dis à voix hautes, je ne m’en souviendrais pas, mon cerveau n’enregistre pas ces choses-là si ce n’est pas dans mon intérêt. » Il lui fit un petit sourire entendu, levant un sourcils. Cillian n’était pas du genre à mémoriser les adresses, malgré tout il avait un bon sens de l’orientation. Il ne s’était jamais encore perdu dans New-York. Mais s’il devait être franc avec lui, il ne faisait que les trajets habituels, son appartement, son école, le parc, son boulot ainsi que la boite de nuit du coin. Alors pas de quoi se perdre. « On n’est prétention lorsqu’on raconte des mensonges, dans mon cas, ce n’est que la stricte vérité. Tu aurais pu avoir la chance de le découvrir par toi-même. Je suis fier de savoir que je suis le premier dans la liste des plus têtu même si ce n’est pas le cas. Je sais juste ce que je veux, c’est tout. Je peux très bien repartir tu sais ? Je suis sûr que dans cette boite, il y a d’autres filles ayant la même répartie que toi ou presque. Et qui au moins, pourront voir mes autres qualités. Mais j’avoue, j’en ai peut-être légèrement ajouté. Niveau intelligence, je suis plutôt dans la moyenne mais avoue que je ne suis pas mal hein ? Et non je ne cherche pas du tout le compliment. » dit-il avant de laisser échapper un rire, clairement amusé par la situation. « Maintenant, j’ai une June en mode campeuse dans la tête en train d’installer une tente. Merci pour cette image. » Il se mit de nouveau à rire avant de se mordre la lèvre pour reprendre son sérieux. « Ah oui et pourquoi, ce serait obligatoirement moi ? C’est sûr que si tu fais tout pour me tenter, j’aurais du mal. Je ne suis qu’un homme après tout. Mais compte sur moi pour t’en faire baver, tu n’y arriveras pas aussi facilement que tu puisses le croire. Tu vas devoir utiliser tes meilleurs atouts pour gagner. » Cillain la regarda droit dans les yeux puis sourit de telle façon que le défi était lancée. La balle était dans son camps, soit elle acceptait soit elle refusait. Mais il espérait qu’elle l’accepte, il trouverait ça bizarre de partir en vacances avec elle et de ne pas passer du temps en sa compagnie. Quoi qu’on pouvait penser de lui, Cillian n’était tout de même pas un égoïste, elle avait fait l’effort de lui proposer qu’ils partent tous les deux, ce n’est pas pour qu’il la laisse tomber à la première fille. « Je savais bien que tu me trouvais irrésistible, pourquoi faire tant d’effort pour le cacher ? Mais je ne suis pas contre ce problème sauf si tu comptes m’empêcher de profiter de la plage parce que madame souhaiterait rester dans la chambre à profiter de moi. » Il lui adressa un grand sourire, il n’allait pas faire le premier pas. D’habitude, il le fera mais avec elle, il ne savait pas pourquoi mais il adorait qu’elle le fasse.

Sûrement parce qu’ils possédaient un caractère assez similaire et qu’ils voulaient tous deux battre l’autre à son propre jeu. « Même pour me faire plaisir ? Tu pourrais faire un effort tout de même ! Surtout que ce n’est pas grand-chose. Je ne pourrais jamais refuser une telle offre. » Il faudrait être sûrement fou pour le faire. Le soleil, la plage et les jolies filles, du moins une jolie fille en particulier mais après tout elle n’avait pas besoin de ce détail qui feront grossir un peu plus ses chevilles. « Pourquoi je mentirais, sachant que tu arrives apparemment à lire si bien en moi ? Je dois vraiment avoir du mal ou alors je ne m’en suis pas rendu compte et d’un coup je vais réaliser que je craque pour toi. Je te ferais une sublime déclaration et on vivra heureux et auront de nombreux enfants. » dit-il sur un ton ironique. C’était son arme lorsque le sujet abordé était un peu dangereux pour eux. Et il n’allait sûrement pas se faire avoir par un tel stratagème. « Je pense que j’ai remarqué ce détail et tu as de la chance, d’habitude je déteste ça. Mais avec toi, ça m’amuse juste aussi. Non, ce n’est pas tout le temps le cas, c’est toi qui en supporte pas que j’ai raison alors tu trouves des excuses. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises d’ailleurs. » Cillian roula des yeux même s’il ne pouvait s’empêcher de sourire. ce serait mentir s’il disait qu’il n’aimait pas du tout leurs défis, cela mettait du piment dans cette pseudo relation. D’ailleurs, commet pouvait-il la qualifier ? Ils n’étaient pas amis mais pas non plus ennemis. « Peut-être qu’aujourd’hui, j’aurais de la chance et j’agirais de la même façon. Même ne compte pas sur moi, pour ramasser le numéro d’une autre fille, le seul que je souhaiterais pour le moment, c’est le tien. J’aurais au moins essayé. Qui ne tente rien à rien, comme on dit. Même si je sais qu’au fond tu en meurs d’envie. » Il secoua les épaules, soupirant légèrement mais son sourire ne quittant pas ses lèvres. Le plupart du temps, s’il agissait de cette façon c’était pour se protéger, il faisait un peu fuir avec sa façon d’être aussi je m’en fiche de tout. Les sentiments, ce n’était pas pour lui. Cela nous détruisait le cerveau et on devenait ainsi dépendant de quelqu’un. Très peu pour lui. « Je voulais juste clarifier ce point c’est tout. Tu as sans doute raison mais j’ai tellement l’habitude d’agir de cette façon, que je ne suis plus sûr que l’ancien Cillian existe encore. Mais après tout, c’est mieux comme ça. Il était un peu trop gentil et croyait en tout dans mes souvenirs. Je respecte toujours ma parole. »  dit-il avec un petit sourire en coin. Il était loin d’être parfait mais lorsqu’il faisait une promesse, il faisait son maximum pour ne pas la rompre. « Même si je ne compte pas te faciliter la tâche si j’en ai réellement. Je t’ai cité des qualités, tu t’es moqué de moi alors maintenant tu me fais douter de moi-même. » Il se mit doucement à rire, secouant légèrement la tête. « N’y comptes pas trop, maintenant c’est décidé, je ne vais que boire que du jus d’orange. Tu n’aurais pas du me le dire et je ne me serais pas méfié. Et là tu aurais pu te servir de l’emprise de l’alcool sur moi, pas de chance, tu as raté ton coup. Ce sera pour une prochaine fois. »

Du moins, s’il y avait une prochaine fois. Même s’ils partaient peut-être un jour en vacances ensemble, rien ne présageait qu’ils retourneraient dans une boite de nuit tous les deux. Cillian sourit avant de lever les yeux au plafond. « C’est très gentil à toi de te soucier de moi mais crois moi je n’ai rien à me libérer. Ma conscience est parfaitement intacte. » Puis il fit une petite moue le fixant intensément. « Vraiment ? Rien du tout ? Dommage… » Cillian soupira, faisant semblant d’être déçu même si on pouvait voir sur ses lèvres, un mince sourire apparaître. « Non en effet, il vaut mieux qu’on arrête de se dire jamais, cela nous réussit pas. » Cillian ne voulait pas penser au fait qu’il appréciait cette soirée. Il y était venu pour se changer les idées pour ainsi oublier sa journée de travail et il était tombé sur June. Cillian n’aurait pas pensé qu’ils continueraient de se parler, ils se seraient simplement salués et voilà. Chacun aurait pris sa route sans l’autre. « Et bien que l’uniforme des Cheerladers ne fait pas la personne… » Il marque une légère pause, c’était une façon à lui de s’excuser sans vraiment le dire. Il reprit très vite la conversation. « Peut-être oui, mais on verra bien si j’en apprends un peu plus sur toi ou pas. » Cillian secoua les épaules avant de se mettre à rire face à ses questions. « On se croirait dans un interrogatoire. Non pas que j’ai déjà eu le droit à ça mais ceux des parents, ça compte ? Dans ce cas, c’est parfait. » Il était un peu mal à l’aise face à ses aveux et il ne savait pas trop pourquoi. Il allait mettre ça sur le dos de l’alcool même s’il savait qu’il n’avait pas bu assez pour que cela soit vraiment le cas. « Ah ouais vraiment, c’est ce qu’on verra ! Ce n’est pas parce que j’ai laissé gentiment gagné avant que cela sera le cas aujourd’hui. Je vais te montrer de quoi je suis réellement capable. » Il se passa une main dans les cheveux, la suivant des yeux malgré la foule. C’était assez difficile, il hésitait et il n’aimait pas ça. De toute façon, qu’est ce qu’il pouvait risquer à y aller ? Cillian se rapprocha d’elle et se mit à sourire à ces mots. «  Non, je ne dirais pas ça. J’adore juste danser et que j’ai besoin d’une partenaire qui sache correctement danser. » C’était faux et c’était sans l’excuse la plus bidon mais il s’en fichait parce qu’il savait qu’elle avait raison. Alors il ne faisait pas de gros effort pour le cacher. Si ce n’était pas le cas après tout, il ne serait pas venu. Ils se mirent tous deux à danser suivant le rythme de la musique. Es ce qu’il voulait vraiment le dire ? Peut-être pas mais aujourd’hui, ce serait l’exception. « Et bien, pour être franc moi non plus mais on va dire que danser avec toi me fait perdre la tête. » Il laissa doucement échapper un rire en secouant les épaules. « Oh moi j’aurais bien aimé que tu continues de parler, cela aurait pu être intéressant. » dit-il avec un sourire. « C’est un jeu si tu souhaites que cela en soit un mais pour moi, le jeu ne commence que maintenant.. » Ils avaient peut-être besoin de mettre les choses au point avant de réellement devenir amis. S’ils parvenaient bien entendu à le devenir, l’avenir nous le dira certainement.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 


† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

I'm a ACTOR S. student
avatar
Informations
SMS écrit : 150
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Ven 22 Aoû - 22:13





Cillian & June
The memory is the invisible presence.


Avant de faire son entrée à l’Actors Studio, June n’y croyait pas vraiment. Elle avait été passer son audition, sans réelle conviction. Elle donnait, en apparence, l’impression d’être très sûre d’elle. Mais en vérité, elle doutait souvent beaucoup de ses capacités, mais cela elle se garderait bien de le dire. Elle s’attendait plutôt à intégrer l’université de Columbia, pour y faire une licence en droit ou un doctorat en médecine. Ce fut une grande et agréable surprise lorsqu’elle reçut sa lettre d’admission à l’Actors Studio. Bon, l’annonce qu’elle avait dû faire à ses parents ensuite n’avait pas été aussi agréable, d’autant plus qu’ils l’avaient un peu sermonnée mais elle comptait bien leur prouver qu’ils avaient eu tort de ne pas croire en elle. « Ca me plaît. Et puis, ça me permet de voir du monde. Un accro aux bracelets ? Je dois bien avouer que tu as plutôt bon goût en matière de fringues et accessoires. Tu es serveur dans un bar du centre ville ? Je pourrais venir te voir un de ces jours… Ah. Moi je suis plutôt bien tombée à ce niveau là. Si tu veux, je pourrai parler de toi à mon patron. On a un rayon homme dans la boutique et je pense que tu pourrais gérer. Enfin, c’est toi qui vois… mais le boulot est plutôt bien payé. C’est toujours comme ça… j’ai fini par m’y faire. Tu as trouvé la famille qu’il te fallait. Je comprends que cela ne doit pas être facile pour toi, mais c’est comme une seconde chance. Je pense que d’où elle est, ta maman doit être rassurée de savoir qu’une famille veille sur toi. » Elle était vraiment compatissante à ce niveau-là. Elle ne voyait que très peu ses parents, mais lui n’avait plus sa mère depuis des années. Ca avait dû être terriblement difficile. Heureusement, il avait une famille à lui maintenant. Ce n’était pas sa vraie famille mais elle était là pour lui quoi qu’il arrive et ses parents adoptifs avaient vraiment l’air de beaucoup l’aimer d’après tout ce qu’il avait pu lui dire. Elle ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel lorsqu’elle entendit sa remarque suivante. Comment il faisait pour être adorable et très intéressant à un moment et si détestable et exaspérant la minute suivante ? « Je n’ai pas changé depuis que je suis ici. Je suis une fille comme les autres… plus belle et plus intéressante certes, mais je ne profite pas du fait d’avoir de l’argent. Et non, je n’ai pas de garde du corps. Je me débrouille. Pour l’instant, je n’ai jamais eu de soucis et si ça doit arriver un jour, c’est que ça devait arriver. » Elle haussa les épaules brièvement. Elle essayait de se calmer un peu, elle s’était subitement emportée et à vrai dire, elle n’avait pas envie que cela se termine comme cela s’était passé dans les toilettes du lycée. Elle reprit une profonde inspiration avant de le regarder et de lui sourire. Son sourire s’agrandit un peu au moment de lui répondre. « Parce que tu as l’impression que je te suivrai partout où tu iras ? A moins que ce soit ce dont tu as envie… que je sois là à chacun de tes périples… »

June lui adressa un joli sourire en coin. Elle savait qu’il n’admettrait pas ce fait, mais cela l’amusait. Elle se demandait s’il lui enverrait réellement une carte, s’il lui en enverrait plusieurs venants de tous les pays qu’il aurait visités et s’il reviendrait la voir de temps en temps. Mais ils n’étaient sans doute pas assez liés pour cela. Elle se mit à rire doucement. « Peut-être que je prendrai le risque de te la donner… je suis plutôt curieuse de voir ce que tu vas vraiment en faire. En effet, je n’ai pas envie de voir un inconnu ou même quelqu’un d’autre frapper à ma porte. Et si tu ne t’en rappelles pas, ce serait très embêtant. Tu as la mémoire courte Snow ? ». Elle lui sourit amusée, sans le quitter du regard. A vrai dire, elle lui donnerait très probablement son adresse, tout aussi facilement qu’elle lui avait donné son numéro de téléphone, mais elle se demandait s’il s’en servirait réellement un jour. « Comment pourrais-je le savoir puisque je n’ai jamais réellement eu l’occasion de voir ? On ne peut pas dire qu’auparavant, tu aies été très sympathique avec moi. Bien sûr que si tu es têtu… tu es vraiment le plus têtu de tous les garçons que j’ai rencontré. Tu as vraiment envie de repartir ? Peut-être que tu pourras croiser des filles avec un peu de répartie ici… mais elles ne sont pas moi. Je n’ai jamais dit que tu n’avais pas de qualités ! Tu es dans la moyenne, je trouve ça pas mal du tout… Et j’avoue que physiquement, tu t’en sors plutôt bien. Je n’en dirai pas plus. » Elle rit doucement et retint d’en dire plus, de peur de lui dévoiler qu’en fait elle le trouvait vraiment pas mal et très à son goût. « C’est si bizarre que j’aille faire du camping pour toi ? Ce n’est pas parce que je suis très coquette et féminine que je ne peux pas non plus devenir une adepte des journées camping. Mais j’avoue que ce n’est pas moi qui ai monté la tente. » Elle rit doucement en haussant les épaules. Elle avait découvert le camping il n’y a pas di longtemps. Mais elle avait apprécié cette expérience. « Parce que tu seras incapable de me résister, comme la première fois. Qui a dit qu’on ne pouvait pas tenter l’autre ? J’ai des atouts, autant que je les utilise non ? J’attends de voir ça avec impatience dans ce cas. J’espère que tu n’es pas trop mauvais perdant Cillian… et puis, il y a de pires façons de perdre. » Les yeux de June avaient soutenus le regard de Cillian et son sourire trahissait son amusement. Elle ne pouvait faire autrement que d’accepter ce défi. Elle en avait vraiment envie, tout d’abord parce que c’était très amusant et deuxièmement, parce que cela lui permettrait de passer plus de temps avec lui. Elle espérait que s’ils partaient ensemble, il n’irait pas draguer d’autres filles… elle n’avait pas particulièrement envie de le partager avec une autre qui ne lui arriverait pas à la hauteur. Elle sourit amusée et rit avant de jouer le jeu. « Hé oui, je suis démasquée. Je ne sais pas, je crois que j’avais peur que tu me repousses, c’est assez vexant. Donc, tu es d’accord pour que je profite de toi autant que j’en ai envie ? » Elle se mordit doucement la lèvre inférieure tout en s’approchant pour lui toucher le torse. Elle se retenait de rire. « Promis, je ne t’empêcherai pas d’aller à la plage. Je pourrai aussi profiter de toi là-bas… » Elle se mit à rire doucement. En vérité, elle avait très envie de l’attirer à elle. D’habitude, les garçons venaient la draguer sans même réfléchir mais lui… il jouait avec elle et attendait qu’elle craque en premier. Mais elle ne se laisserait pas avoir. Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour le faire craquer.

« Même pour te faire plaisir, ça n’arrivera jamais. Très bien, alors tu acceptes cette offre et tu prépares tes affaires en rentrant chez toi. » Elle lui sourit, même si en vérité sa déesse intérieure sautillait dans tous les sens. Elle avait hâte de voir à quoi ressembleraient ces vacances. Est-ce qu’ils apprendraient à se connaître et passeraient d’agréables moments ensemble ou est-ce qu’ils se disputeraient et s’éviteraient durant tout le voyage ? Elle espérait bien entendu que la première option serait la bonne. « Tu mentirais parce que tout ça ce n’est pas ton truc… D’habitude les filles ne doivent pas te donner tant de fil à retordre je suppose… Vu ton assurance, je dirais même qu’elles viennent presque te manger dans la main, mais je ne suis pas comme ça. Tu es comme une version de moi au masculin. » Elle sourit amusée avant de grimacer à sa remarque. « Oublie la déclaration trop gnangnan et tout le reste ! On est loin d’en être là tous les deux. » Elle se mit à rire doucement avant de le regarder. Pourquoi est-ce qu’il lui résistait autant ? D’habitude, il suffisait qu’un mec la croise pour qu’il finisse par lui courir après… mais lui, il tenait bon et continuait de la chercher. « Donc je suis une sorte de privilégiée ? Il n’y a que moi qui ai le droit de te contredire ? C’est complètement faux. Si tu as raison, je l’admettrais sauf si ça peut me porter préjudice. » Elle lui adressa un très joli sourire en coin. Elle aimait beaucoup ce qu’il se passait entre eux. En vérité, elle l’avait apprécié, puis détesté et là elle l’appréciait de nouveau et dans tous ces états, elle avait toujours été particulièrement attirée par lui. L’attirance était physique bien entendu, mais pas seulement… elle aimait aussi sa façon d’être. « Peut-être que oui, on verra cela en fin de soirée. C’est promis, je ne t’enverrai pas chercher le numéro d’une autre… de toute façon, j’ai pas envie de prendre le risque que tu me plantes pour une autre ce soir alors je te garde. Tu crois que je meurs d’envie que tu profites de moi ? Notre première soirée était vraiment géniale mais est-ce que j’ai émis le souhait de remettre ça ? » Elle lui sourit amusée, son regard ne quittant pas le sien. Il était vraiment quelqu’un de bien. C’est vrai qu’elle ne l’avait pas toujours pensé, mais là, c’était le cas. Elle lui sourit ensuite doucement pour répondre à ce qu’il venait de lui dire. « Je t’ai trouvé très agaçant et j’étais déçue de ne pas retrouver le garçon de la première fois lors de notre dispute. Mais je n’ai jamais pensé que tu étais un monstre, je te le jure. Moi je suis certaine qu’il existe encore ce Cillian, c’est juste qu’il se cache un peu. Moi j’aime bien toutes les facettes de toi que j’ai vues jusqu’à présent. Peut-être que j’en découvrirai plus encore… » Elle lui sourit de façon rassurante. Elle lui était très reconnaissante d’avoir respecté sa promesse. « Ne t’en fais pas, je me débrouillerai pour découvrir tout cela. Je ne me suis pas vraiment moquée… Tu trouves que j’ai des qualités ? » Elle lui sourit, espérant faire sortir quelques compliments et mots gentils de sa bouche à son égard. « Peut-être que je pourrais demander un supplément surprise dans ton jus d’orange. C’est beaucoup plus amusant et fair-play si je te mets au courant. Comme cela si ça marche, ce sera très jouissif pour moi. ».

La soirée était loin d’être finie et pourtant June avait déjà hâte de le revoir. Elle était déjà très excitée à l’idée de passer ces vacances avec lui et peut-être qu’ils se reverraient encore par la suite s’il s’était passé quelque chose entre eux… que ce soit amical ou autre. Elle n’avait pu s’empêcher de rire en écoutant sa réponse. « Tu sais bien que je me soucies toujours de toi… Oh tu es sûr ? J’étais convaincue que tu avais quelque chose à m’avouer. » Son sourire s’agrandit en voyant sa moue et confirme en secouant doucement la tête de gauche à droite. Elle était vraiment amusée par son petit jeu. Il ne l’aurait pas si facilement. « Et qu’est-ce qu’on va se dire dans ce cas ? Si jamais ne marche pas, on peut essayer peut-être ? » June regrettait amèrement d’avoir d’abord fait confiance à ses à priori au sujet de Cillian. Lorsqu’elle l’avait vu, elle avait juste souhaité l’éviter et pourtant ils étaient là, tous les deux, à discuter comme s’ils étaient de bons amis. Et elle n’avait pas du tout envie que cela s’arrête. « Je suis ravie d’entendre que ton opinion a changé sur moi. Je ne savais pas comment te faire comprendre que cette tenue ne changeait rien, la dernière fois qu’on s’est vu. » Elle lui sourit de nouveau et s’ils avaient été suffisamment intimes, elle l’aurait sans doute pris dans ses bras. « Il ne tient qu’à toi d’en apprendre plus… » Elle haussa les épaules, sans le quitter du regard. Elle se mit à rire un peu. « Excuse-moi. Je promets que je vais limiter mon nombre de questions à la seconde. » Elle n’avait jamais fait de ce type d’aveux à un garçon. C’était une grande première pour elle et cela lui faisait tout bizarre parce qu’elle avait le sentiment de se livrer totalement. « Tu sais éperdument que quoi qu’il arrive, je ne baisserai pas ma garde et que jamais je te laisserais gagner. Si je gagne, ce n’est pas parce que tu m’as laissé gagner mais parce que je l’ai mérité. Tu devrais te méfier et pas qu’un peu Snow. »

June avait retrouvé le sourire lorsque Cillian l’avait rejointe sur la piste de danse. Elle avait vraiment espéré très fort qu’il viendrait et il était là. Elle se rapprocha de lui pour danser, restant très proche de lui tout en l’écoutant. « Et tu m’as désignée comme étant la partenaire de danse idéale, c’est plutôt flatteur. Ca fait plaisir d’être avec un garçon qui ne rechigne pas à danser » Elle sourit avant de mettre ses bras autour de son cou. Ceci était sans doute un stratagème pour se rapprocher encore un peu de lui. Elle dansait avec lui, sans le lâcher, tout cela au rythme de la musique. A s’y méprendre, il semblerait que cette soirée prenait la même tournure que la première… mais en plus intéressante encore. Elle le regardait tout en lui répondant. « Dans ce cas, je crois que je devrais danser avec toi beaucoup plus souvent. Je crois que j’aime assez te faire perdre la tête. » Elle laissa échapper un petit rire avant de le regarder. « Je crois que j’en aurais beaucoup trop dit si j’avais continué de parler. Je préfère conserver une petite partie mystérieuse. Je n’ai pas envie de te lasser tout de suite. » Elle lui sourit et ses yeux ne quittaient pas les siens. « Pour moi aussi le jeu ne commence que maintenant… » dit-elle en lui adressant un sourire en coin. Elle approcha doucement son visage du sien et frôla ses lèvres avant de déposer un chaste baiser sur sa joue. Elle laissa ensuite ses mains glisser le long de ses bras jusqu’à ses mains dans lesquelles elle glissa les siennes. Tout en continuant de danser, elle se mit à tourner avant de venir se poser tout contre lui. « Je suis prête à jouer… Lequel de nous commence ? » Elle réfléchissait déjà à toutes les actions qu’elle pourrait lui donner à faire. « Tu veux boire quelque chose pour te mettre en condition ? Ou bien on commence immédiatement ? » Un petit sourire joueur illuminait son visage.


made by pandora.




    She's got that one international Smile
    THAT GIRL'S A TRIP, A ONE WAY TICKET, TAKES YOU MILES HIGH, CATCH HER IF YOU CAN, SHE'S SO IN DEMAND..
    code broadsword.
I'm a JUILLIARD student
avatar
Informations
SMS écrit : 553
me rejoindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   Mar 26 Aoû - 20:39

The memory is the invisible presence.
Cillian n’avait jamais prévu son avenir, il savait juste qu’il voulait faire de la musique et c’était suffisant pour lui. Bien entendu, il se souvenait encore des nombreux rendez-vous avec la conseillère qui lui demandait ce qu’il souhaitait faire plus tard. C’était de la faute de sa tutrice, elle l’avait suivi depuis la mort de sa mère et ne le lâchait plus. Parfois, il se retenait de hurler dans son bureau, heureusement pour lui maintenant qu’il était majeur, il avait plus de liberté. Elle lui téléphonait toujours mais il n’était pas obligé de répondre à ses appels. Il en comptait plus le nombre d’appels en absence inscrits sur son écran. Elle avait presque sauté de joie lorsqu’il lui avait annoncé qu’il avait été reçu à Juillard, elle ne le pensait pas capable d’y arriver. Il faut dire que lui nous plus, il avait envoyé sa candidature dans les derniers et à croire qu’ils ont eu pitié de lui. « Du moment que ça te plait, c’est le plus important. Moi aussi je croise du monde mais parfois, il y a de sacrés clients et le pire c’est que tu ne peux même pas leur répondre lorsqu’ils te parlent comme un chien. Je crois que c’est ça qui me dérange le plus. Et oui, c’est mon petit plaisir coupable, je ne peux pas rentrer dans une boutique sans sortir les mains vides. Il faut toujours que j’ai quelque chose aux poignets. Tu pourrais oui, cela ne me dérangerait pas. Tu as eu de la chance dans ce cas là, tu ferais vraiment ça ? Et ça te dérangerait pas qu’on travaille ensemble, genre qu’on doive se supporter même au boulot ? Mais pourquoi pas, au pire tu peux toujours lui en parler et on verra ce qu’il en dit, mais ce serait chouette. Au moins, je pourrais faire quelque chose que j’aime à peu près. Et si en plus, c’est bien payé, je ne peux guère refuser. Hormis certains pourboires, le salaire n’est pas vraiment tip top. Sûrement oui, mais les pauvres je les plains. Je leur en ai fais voir de toutes les couleurs lorsque je m’habitais encore chez eux. » Il secoua simplement les épaules, il ne comptait plus le nombre de fois où il était sorti en douce que ce soit pour aller en boite de nuit ou bien juste chez des amis. Mais il avait ce besoin d’aller à l’encontre de leurs règles. Mais contrairement aux autres, ils n’avaient pas lâché prises. Il pensait vraiment qu’ils le reconduiraient et qu’il allait devoir changer de famille d’accueil mais non. Ils avaient surement l’habitude des cas comme lui. « Je pense que tu exagères un peu, plus belle et plus intéressante vraiment ? Désolé de devoir te contredire, mais je suis certain qu’il y a mieux que toi. » dit-il avec un petit sourire en coin avant de reprendre la parole. « C’est très courageux de te débrouiller toute seule, je ne pensais pas que tu en serais capable. Mais bon, on peut se tromper, même si cela m’arrive très rarement. » Il ne pouvait s’empêcher de la chercher un peu, pour une raison qu’il ignorait, il adorait qu’elle s’énerve contre lui. Du moins un peu, il ne voulait pas que cela se termine comme la dernière fois. C’était d’ailleurs pour ça qu’il essayait d’atténuer ses propos avec un petit sourire moqueur. Comme pour lui montrer qu’il se moquait juste d’elle et qu’il ne le pensait pas. Mais il évitait de se demander pourquoi il le fait, il ne voulait pas avoir cette réponse.  « Je suis sûr que tu serais encore pire qu’une groupie. Le genre hyper collant, qui me photographierait partout. Hum, je sais que tu souhaites que ce soit le cas. Comme ça tu te sentirais mieux, tu me mettrais tout sur le dos. Mais cela ne sert à rien de te voiler la face, j’ai compris. »

Cillian sourit doucement, son regard se plongeant dans le sien. Le jeune homme ne pouvait s’empêcher de la chercher encore un peu. Après tout, elle ne cessait de lui retourner la faute mais à force d’insister sur le fait que c’était lui qui lui courrait après. Il pourrait être amené à penser que c’était le contraire. Es ce qu’il était du genre à envoyer des cartes postales ? Il ne le pensait pas, ce n’était pas sa marque de fabrique. S’il voulait partir d’ici, c’était pour une bonne raison, ne plus avoir de contact du tout. Pourtant, au fond de lui, il savait que cela ne serait pas aussi simple, il s’était attaché et il allait se bruler à un moment donné. « Je te promets que je ne viendrais pas te voir sans que tu m’aies invité. Je ne suis pas le genre qui s’incruste chez les gens, quoi que cela puisse être marrant de le faire, juste une fois. Donc tu veux que ce soit moi, spécialement, qui frappe à ta porte ? Ce serait surtout très embêtant pour toi, ça signifierait que j’ai croisé quelqu’un qui a attiré plus mon attention. En effet, ma mémoire me joue des tours par moment, c’est peut-être pour ça que j’ai oublié ce qui s’est passé la nuit qu’on a vécu Thompson. » Il secoua simplement les épaules, comme pour lui faire comprendre que finalement cela n’avait pas d’importance. Il se demandait qui le connaissait réellement, il ne jouait que la comédie à chaque fois. C’était rare qu’il se dévoile totalement. Il n’était pas du genre à parler facilement de sa vie, d’ailleurs il en comprendrait pas ceux qui avait besoin de tout dire. Ou était le mystère si on connaissait tout de l’autre ? « Sans doute parce que tu ne l’as pas mérité mais si ça peut te rassurer, peur de personne ont eu l’occasion de le voir. Et ceux qui l’ont fais, je ne leur adresse plus vraiment la parole. Tu ne l’étais pas non plus moi avec moi, oui tu as fis une bonne action en me suivant dans les toilettes mais c’est tout. Tu as rencontré beaucoup de garçons ? Que je puisse me faire une vague idée. Mais je suis loin d’être d’accord avec toi ! Et su je dis oui, tu ferais quoi ? Tu essayeras de me retenir et de me convaincre que tu es plus intéressante que les autres filles ici présentes ? Je suis un peu déçu que tu me trouves que pas mal mais c’est déjà ça. Je ne vais pas être trop gourmand, peut-être que d’ici la fin, tu me trouverais carrément canon. C’est dommage cependant. » Il se mit doucement à rire, se passant une main dans les cheveux. Même s’il devait reconnaître qu’il était plutôt content qu’elle admette qu’elle le trouvait pas mal. Après tout, c’était un bon retour des choses étant donné qu’il pensait la même chose d’elle. « J’ai juste du mal à t’imaginer dans la nature, c’est tout. Tu n’as pas l’air d’être une fille aimant vivre en pleine forêt, pêchant pour avoir à manger et à ramasser du bois pour faire du feu. Dommage, je suis sûr que ceux qui t’accompagnaient auraient bien ris en te voyant faire. » dit-il affichant un léger petit sourire au coin des lèvres. Il avait très peu eu l’occasion de partir en vacances que ce soit avec sa mère ou ses parents adoptifs. C’était beaucoup trop cher pour tous les enfants alors ils allaient camper un peu plus loin. Cillian n’était pas vraiment un pro du camping, il ronchonnait la plupart du temps lorsqu’on lui demandait d’aller ramasser du bois. Mais au bout d’un moment, il s’y plaisait. Ces moments avec eux lui manquaient ici à New-York. « Je serais capable de le faire, crois-moi, je sais à quoi m’attendre avec toi alors que la première fois non. C’était de la totale découverte alors normal que je ne résiste pas. Personne je suppose puis en même temps, j’ai hâte de voir comment tu vas faire pour m’attirer à toi. J’ai grandi depuis, je suis devenu un peu plus difficile maintenant. Alors bon courage à toi pour me faire craquer. Tu n’as pas tout à fait tord, au pire si je perds, tu me consoleras ? » Cillian laissa ses yeux se plonger dans les siens avec un petit sourire amusé sur les lèvres. il savait que cela serait facile pour elle de le faire craquer mais il ne ferait tout son possible pour la voir légèrement galérer. Il aimait bien ce jeu entre elle et lui et il se dit que les vacances allaient être amusantes. Il ne savait pas trop quoi en penser, ce n’était pas dans ses habitudes d’agir de cette façon. Si on lui avait annonça qu’il partirait avec June Thompson, il aurait sûrement pris cette personne pour une folle. Certes, il l’aimait bien, au moins elle avait le don de lui plaire et de l’agacer en même temps et il devait bien l’admettre elle était loin d’être ennuyeuse. Peut-être que là-bas, ils se dévoileront un peu plus mais Cillian ne voulait pas trop y réfléchir. Il ne voulait pas penser aux conséquences, surtout en sachant que même l’idée de draguer d’autres filles avec elle à côtés ne lui disait trop rien. Ou alors juste pour l’embêter légèrement mais sans plus. « Et voilà, c’était si dur que ça de me le dire ? J’imagine, surtout que cela doit être rare pour toi ? Comment refuser après une telle déclaration de ta part. » dit-il en roulant des yeux, il faudrait vraiment qu’il arrête de faire ça. Il la laissa se rapprocher avec un sourire. « Me voilà rassuré, j’avais peur que tu me prives de plage, je t’en aurais beaucoup voulu. Puis, tu ne seras pas la seule à en profiter. » Il lui fit un petit sourire en la regardant de haut et en bas. En effet, ce serait très facile de craquer avec elle mais non il ne pouvait pas se le permettre. Sa fierté en prendrait sûrement un léger petit coup. Il ne pouvait pas se rabaisser à se laisser aller du moins pas aussi facilement. Puis, après tout, elle pourrait craquer la première, ce serait plus simple pour lui.

« Oh dommage, moi qui espérait tant. Tu peux être autoritaire quand tu veux mais ok, pour ça, je veux bien faire ce que tu me dis. » C’était assez surprenant comme proposition et il attendait avec impatience de voir comment elles allaient se dérouler. Es ce qu’ils allaient restés chacun dans leur coin à draguer d’autres personnes, cette idée ne lui plaisait pas vraiment mais il essayait de la chasser de son esprit, ou bien tout le contraire ? Il soupira doucement, il était trop tôt pour se casser la tête avec ça, il aurait très vite la réponse après tout. « Et je dois dire que heureusement tu n’es pas comme ça, ce serait vraiment ennuyeux sinon. J’ai au moins trouvé quelqu’un qui est presque à mes niveaux. Puis je pense que je serais plus heureux de te voir me supplier de t’accorder de l’attention plutôt que de choisir une fille au hasard. C’est beaucoup trop facile. » Puis beaucoup moins amusant également. Leur petit jeu l’amusait et il ne put s’empêcher d’éclater de rire en la voyant grimacé. « Mince alors, moi qui réfléchissait à une superbe déclaration, tu viens de briser mon cœur. J’espère que tu en es fière ? » Il porta une main à son cœur,  faisant semblant de souffrir même si on pouvait nettement voir une lueur amusé dans ses yeux. En effet, les déclarations d’amour, ce n’était pas du tout son truc. Rien qu’à voir les gens se dire ces trois fichus mots, il ne pouvait que grimacer. « Peut-être pas que toi, mais sinon oui tu es en quelque sorte privilégiée. D’habitude, je m’énerve lorsqu’on me contredit alors qu’avec toi, c’est juste marrant. C’est bizarre d’ailleurs… Du coup, ça doit te porter préjudice à chaque fois, pour toi j’ai toujours tord alors que je suis certain d’avoir raison. »   Il secoua simplement les épaules. Cillian ne cherchait même pas à comprendre pourquoi il l’autorisait à le contredire. Mais il savait qu’elle le faisait exprès de toute façon donc ce n’était pas si important. Et elle n’avait pas tord, elle lui plaisait même s’il disait le contraire, ou du moins qu’il essayait de le dire. Parce qu’à chaque fois, il finissait par lui avouer mais il n’avait pas honte de ça. Il n’était pas quelqu’un à cacher son attirance si elle était là, mais avec elle c’était plus amusant de faire semblant de rien que de craquer toute suite. « On verra bien, au pire je pourrais toujours trouver quelqu’un d’autre dans cette foule après. C’est bien aimable de ta part, tu as si peur que je te lâche ? Tu doutes de ton charme pour croire que je puisse partir avec une autre ? Si ce n’était pas le cas, je suppose que tu ne serais pas là. Bon, tu me parlerais peut-être mais ne jouerais pas avec moi. Je peux être très rancunier si je n’obtiens pas ce que je veux. » dit-il avec un sourire. Au fond de lui, il espérait que la soirée se termine comme la précédente. Mais tout dépendrais de la façon dont allait se dérouler cette soirée. « On va dire que je te fais confiance pour cette fois. Il se cache un peu beaucoup, tu veux dire ? Peut-être même qu’à force il finira par disparaître. Peut-être si tu as de la chance. » Il sourit doucement en la regardant. Elle finirait sûrement par découvrir un autre Cillian, celui qu’il ne réservait que pour ses proches. « Je te souhaite bon courage alors, tu vas en avoir besoin. Je ne compte pas me dévoiler aussi facilement. Tu es en train de chercher des compliments là ? » dit-il en laissant échapper un rire. « Mais oui, tu as quelques qualités. Je te les dirais peut-être au fil de la soirée qui sait. »  Son sourire n’avait pas disparu de ses lèvres et il finit par secouer la tête à ces mots. « Donc, je vais devoir faire inspecter mon verre à chaque fois afin d’être sûr que tu n’aies rien versé à l’intérieur.  C’est risqué de faire ça, maintenant je vais devenir parano. Et si je te piège à mon tour ? » Il allait devoir surveiller son verre de très près, ce serait fâcheux pour lui de devenir saoul à cause de la jeune femme. Il souhaitait tout de même profiter un maximum de cette soirée et de voir comment tout ça allait se dérouler. Es ce qu’ils deviendraient amis après ça ? « Et non désolé de te décevoir, je n’ai absolument rien à te dire. Pas trop déçue ? » Cillian sourit de nouveau, décidément il n’arrêtait pas de le faire depuis qu’il l’avait rencontré. Il se passa une main dans les cheveux avant de pouffer en l’écoutant parler. Il secoua les épaules avant de prendre la parole. « Pourquoi pas, peut-être c’est classe comme mot. Au pire, si celui-ci ne marche pas non plus, on essayera d’en trouver un autre. » Le jeune homme ne pensait pas la revoir après leur dispute, peut-être qu’il avait été trop têtu pour admettre que ce n’était pas son uniforme qui changerait quelque chose. Mais à l’époque, il détestait vraiment les populaires et tout ce qui les entouraient. « Il fallait juste que j’ouvre les yeux, je pense. Ou alors j’ai muri depuis la dernière fois, au choix. » dit-il en secouant les épaules. Il avait été en colère contre elle ce jour-là mais également contre lui d’avoir craqué aussi facilement. « Et qu’est ce que je dois faire pour y parvenir ? » Son regard ne quittait pas celui de la jeune femme, ses bras croisés sur son torse. «  Ou alors tu peux poser le nombre de questions que tu veux, mais j’y ai le droit aussi. » Si elle obtenait des réponses, pourquoi il ne pourrait pas faire de même après tout. Puis, ce serait un moyen pour en apprendre plus sur elle. « Tu pourrais au moins le faire une seule fois ? Qu’est ce que tu as à perdre après tout ? Si c’est ce que tu crois alors je ne vais pas te contrarier. Même pas peur Thompson. »

Il soupira doucement, secouant les épaules. Puis il était allé la rejoindre sur la piste de danse. Cillian aurait bien aimé la faire patienter encore un moment mais lui-même n’étant pas très patient, il l’avait rejointe. « Je sais que tu ne danses pas trop alors je ne vais pas prendre le risque de choisir une autre fille qui risquerait de me marcher sur les pieds. Si on vient en boite pour ne pas danser, pourquoi es ce qu’on vient alors ? » A la base, c’était pour ça même si maintenant c’était plus un lieu de rencontre qu’un lieu pour danser. Mais Cillian aimait bien danser et encore plus lorsqu’il avait une jolie fille dans les bras. « A force, cela risque de ne plus faire effet. Mais je ne refuserais pas de danser si jamais tu me le demandais. » Il sourit tout en suivant le rythme de la chanson. « C’est dommage, j’adore t’écouter parler, je suis sûr que j’aurais pu entendre des choses assez intéressantes. Mais tu as raison, si je connais trop de chose sur toi, je vais me lasser. »  Cillian la laissa s’approcher croyant qu’elle allait l’embrasser mais ne put qu’ouvrir la bouche, lorsqu’elle embrassa sa joue. Il continua de danser, entremêlant leurs doigts une fois qu’elle ait glissé ses mains dans les siennes. Il la fit tourner sur elle-même avant de la rapprocher de nouveau de lui avec un sourire. « Je vais être galant, les dames d’abord. » Il sourit un petit air de défi sur le visage, il avait vraiment hâte de voir de quoi elle serait capable cette fois. « Tout dépendra du défi que tu me proposeras. Je risque de vouloir quelque chose de très fort. Tu veux quelque chose à boire toi ? »


 
© BANGERZ

 


† We fall and crash so hard ♥️
« ㄨ When you try your best but you don't succeed, when you get what you want but not what you need. When you feel so tired but you can't sleep, stuck in reverse »  -byendlesslove

Contenu sponsorisé
Informations
me rejoindre

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (+) the memory is the invisible presence. (june)   
 

(+) the memory is the invisible presence. (june)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [REQUÊTE] Sauvegarde sur la Memory Card HTC Desire
» Synopsis 2*04-Memory Lane
» Le Roi Invisible de Gani Jakupi
» Rising Con Spain 11 & 12 June 2011
» Lamar l'homme invisible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On My Way :: Studio 54-